Jueves, 27 de enero de 2011 (Continuación)

Après la Tunisie, l’Egypte. C’est ce que scandaient mardi 25 janvier des dizaines de milliers de manifestants, bravant des dizaines de milliers de policiers, dans toutes les grandes villes égyptiennes… Les spécialistes ont déjà sorti leurs fichiers, pour nous rappeler que chacun des pays arabes a sa spécificité, ses rapports de force socio-économiques, son histoire particulière, et que la révolution tunisienne ne peut pas se reproduire à l’identique ailleurs. Ils ont raison. Mais ils passent à côté de l’essentiel. A savoir que tous les régimes arabes sont entrés dans une même phase de dégénérescence, dans une crise aiguë de légitimité. Leurs dirigeants viennent d’être dépossédés de leur bien le plus précieux : l’initiative politique.…  Seguir leyendo »