Martes, 17 de septiembre de 2013 (Continuación)

Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des finances, a récemment nié que l’Allemagne cherchait à assurer un rôle dirigeant au sein de l’Union européenne. Pourtant, comme l’a découvert le spécialiste de science politique Edgar Grande à l’occasion d’une vaste enquête menée au niveau européen, la réalité est tout autre. Son équipe et lui ont étudié les discours sur la crise européenne tenus dans différents contextes nationaux. Les conclusions mettent en évidence une différence très nette entre l’Allemagne et les autres pays européens, y compris le Royaume-Uni.

Le débat allemand sur la crise de l’euro a été avant tout un débat national, alors que dans tous les autres pays ce fut un débat essentiellement européen dominé par des acteurs aussi bien supranationaux qu’allemands.…  Seguir leyendo »

La CDU (Union chrétienne-démocrate) est le parti politique européen par excellence en Allemagne. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, grâce en particulier à la détermination des chanceliers Konrad Adenauer, Helmut Kohl et maintenant Angela Merkel, il n’a cessé d’oeuvrer au rapprochement entre les peuples sur le continent pour que l’Union européenne devienne une véritable communauté de valeurs, fondée sur la dignité de l’homme, la liberté, la démocratie, l’Etat de droit et la paix.

La solidarité et la subsidiarité sont les grands principes sur lesquels repose cette communauté qui lie les Européens entre eux. Avec la responsabilité de chaque Etat membre pour soi-même, ils constituent la base du fonctionnement du projet européen.…  Seguir leyendo »

La Russie des très grandes villes a défié le pouvoir aux élections locales et régionales du 8 septembre. En dépit de pressions exercées par les administrations, de nombreux électeurs se sont tournés vers les candidats d’opposition. A Ekaterinbourg, capitale de l’Oural et quatrième ville de Russie, l’opposant Evgueni Roïzman, du parti Plateforme civique, a battu le candidat du Kremlin. A Moscou, 27% des votants selon les résultats officiels, 30 à 33% selon les estimations des observateurs, ont voté pour le plus farouche opposant à Vladimir Poutine. C’est un résultat remarquable pour Alexis Navalny, condamné le 17 juillet à cinq ans de prison pour des délits invraisemblables, et qui a fait campagne cet été en liberté conditionnelle, dans l’attente du verdict de la Cour d’appel.…  Seguir leyendo »