Martes, 5 de abril de 2016 (Continuación)

Sport can be exploited by politicians, eager for some of its popularity and excitement to rub off. But when sport itself 'goes bad', through scandal, it normally follows that politicians, like corporate sponsors, keep their distance.

In Russia, however, the usual rules do not apply. For starters, sport in that country, as with much else—business, history, culture—is indelibly intertwined with politics. And while, as in all countries, a team’s or an individual’s performance is a matter of national pride, the exposure of malfeasance in Russian sport is perceived in that country as an attack on the nation as a whole—another example of foreigners’ Russophobia alongside that shown by the NATO expansionists, the regime topplers and the Ukraine lovers.…  Seguir leyendo »

Global Powers Scramble to Contain Neglected Armenian-Azerbaijani Conflict

For three days a long-feared large-scale escalation between Armenian and Azerbaijani forces has raged around the disputed territory of Nagorny Karabakh. For the first time since 1994 slivers of territory have changed hands. Reports from the ground remain confused and contradictory, but at least 30 combatant and two civilian fatalities are confirmed. What is certain is that the conflict parties have abandoned their self-regulated ceasefire, and the South Caucasus is today suspended in a security vacuum.

Escalation of violence

Large-scale clashes began in the early hours of 2 April in the northern, north-eastern and south-eastern zones of the Line of Contact (LOC), a 160-mile long line that for Armenians is a heavily fortified security belt and for Azerbaijanis a frontline against occupying forces.…  Seguir leyendo »

The terrorist attacks in Brussels, claimed by the Islamic State (IS), stoked fear, anger, and confusion about how Europe – and the world – should respond. As hardened fighters facing divided opponents, these jihadists are unlikely to be defeated decisively on the battlefield. However, since they aspire to overthrow the global order, they cannot be accommodated by a political settlement. Further complicating these dilemmas is the fact that spectacular violence by IS tends to provoke reactions – xenophobia, curtailing of civil liberties, selective policing at home or military adventurism abroad – that aggravate the conditions that enabled its rise in the first place.…  Seguir leyendo »

Nouvelle polémique autour du « choc des cultures » : le lancement de collections d’habits comportant un voile islamique par des chaînes de prêt-à-porter contribuerait à l’oppression des femmes, voire au « fondamentalisme », selon les mots de la ministre de la famille, des enfants et des droits des femmes. Cette accusation est scandaleuse, fausse et contre-productive.

Scandaleuse tout d’abord, car elle pointe du doigt une partie de la population sous un prétexte hautement discutable, puisqu’il pourrait aussi bien accuser la kippa d’être le symbole de la domination masculine, le col romain le signe du dogmatisme ou la cornette une référence à l’Inquisition.…  Seguir leyendo »

La Syrie s’est à nouveau rappelée à l’attention de la communauté internationale ce week-end avec la « reconquête » de Palmyre par les forces du régime de Bachar al-Assad aidées de leur allié russe. Naturellement, le patrimoine mondial mérite d’être défendu ! Mais cette ligne de conduite ne doit pas pour cela nous empêcher de regarder froidement ce que signifie ce dernier retournement de situation pour mieux en apprécier l’importance.

Palmyre a été conquise par l’organisation Etat islamique (EI), en mai 2015 sans que la ville ne soit l’objet d’intenses combats. Au contraire, un retrait en bonne et due forme des autorités – et surtout le transfert des prisonniers détenus dans l’une des plus célèbre prison-bagne du régime d’Assad – avait semble-t-il précédé leur avancée, qualifiée à leur époque de fulgurante.…  Seguir leyendo »

Il n’y a eu dans l’histoire britannique qu’un seul référendum portant sur le maintien britannique dans la Communauté économique européenne, mais c’était il y a plus de quarante ans (en juin 1975, avec une réponse finalement positive à 67,2 %). Il n’y a eu dans l’histoire de l’Union européenne (UE) qu’un seul « exit », celui, très particulier, du Groenland, en 1985, mais dont la portée historique a été pour le moins limitée.

La première question que l’on peut se poser est celle de la probabilité du « Brexit », indépendamment des sondages actuels. Si l’on se limite à une analyse « rationnelle », la peur du saut dans l’inconnu et la pression en faveur du statu quo devraient a priori l’emporter, comme l’exemple du Québec l’a montré dans les années 1990.…  Seguir leyendo »

La démocratie continuerait-elle sans nous ? En Europe, le bras de fer entre le gouvernement grec et la troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) a crûment mis en scène le fossé séparant désormais les citoyens des institutions non élues mais en mesure de peser sur leur quotidien. En France, l’état d’urgence, par principe exceptionnel, se prolonge. Et alors qu’une pétition a réuni plus de 1 million de signatures contre la réforme du code du travail, les élections, elles, sont délaissées : tout se passe comme si l’abstention venait sanctionner des institutions représentatives auxquelles on ne croit plus, et contribuait encore à les délégitimer.…  Seguir leyendo »