Jueves, 7 de septiembre de 2017 (Continuación)

Les Balkans sont sortis des écrans radars depuis l’implosion de l’ex-Yougoslavie et la fin de la guerre de Bosnie. L’Union européenne (UE) prêche désormais les bienfaits du développement économique et social de la région, reléguant au second plan la préservation de l’Etat de droit et de la démocratie. Quant à la sécurité, la Russie, la Corée du Nord et la Syrie priment. La recrudescence du radicalisme observée depuis quelques années dans les Balkans recèle pourtant son lot de menaces potentielles et réelles.

Entre 1992 et 1995, la guerre de Bosnie a provoqué l’arrivée de contingents de combattants islamistes étrangers venus d’Europe occidentale et du Moyen-Orient.…  Seguir leyendo »

Depuis les attentats de janvier et novembre 2015 en France, et les différentes répliques plus ou moins meurtrières enregistrées dans notre pays ainsi qu’un peu partout ailleurs en Europe de l’Ouest, plusieurs chercheurs français en sciences sociales se disputent le bon diagnostic sur les racines profondes du terrorisme qui frappe aveuglément, et les motivations des individus qui en sont à l’origine.

Dans une tribune récente («Antiterrorisme, où en est-on ?», parue dans Libération du 28 août 2017), le politiste François Burgat met en cause certains traits des politiques antiterroristes actuelles, dans la focalisation sur les conséquences davantage que sur les causes.…  Seguir leyendo »