2018 sera-t-il l’anti-Mai 68 ?

Le 6 mai 1968, rue Saint-Jacques à Paris. Photo AFP
Le 6 mai 1968, rue Saint-Jacques à Paris. Photo AFP

Je suis le (tout) petit frère de Mai 68. Et je garde une admiration enflammée pour les barricadiers de l’amour libre et pour les incendiaires d’une consommation à laquelle ils céderont avec délices. Je ne suis pas encore, à diable ne plaise, le grand-père de la génération gnangnan, celle de 2018. Dans cette comparaison déraisonnable que déclenche la rime chiffrée des saisons, je vais essayer de m’éviter l’acrimonieux «C’était mieux avant», comme le bêta «Demain sera bien».

Mai 68 ? Mais, c’était il y a un siècle, voyons… Il paraît certain que la prometteuse et ambivalente 2018 n’aura rien à voir avec cette échauffourée d’enfants gâtés, furieuse et ardente, libératrice et libérale. L’année 2018 sera bienveillante et geek, vegan et réseauteuse, édifiante et décroissante.

Essayons pourtant de voir comment les tweets guillotineurs des années bientôt 20 font écho aux slogans de rue du joli Mai. Ou comment les murs Facebook à amitiés en chaussettes et en «likettes» pourraient se faire bombarder par les pavés des émeutiers d’avant-hier.

«Je ne veux pas perdre ma vie à la gagner»

1968 est glorieuse et industrieuse. L’exode rural se poursuit et l’immobilier prospère. Les usines fument noir et les voitures roulent à tombeau ouvert. Surtout, le chômage est inconnu au bataillon. Ce qui permet la revendication salariale et l’acquisition sociale.

2018 s’annonce comme une rare trouée de bleu dans un ciel plombé depuis des décennies par la mondialisation délocalisatrice et la révolution numérique. Macron-la-Chance croise les doigts pour que les patrons qu’il chouchoute consentent à embaucher au lieu de robotiser. Le récent quadra est d’un tradi pompidolien dans son approche quand Mai 68 estimait qu’on ne pouvait tomber amoureux d’un taux de croissance. L’ennui, c’est qu’en 2018, la sociale est plus morte que vive et le syndicalisme aux abonnés absents. Un mouvement imaginatif comme Nuit debout reste lettre morte. Malgré sa fécondité, l’idée d’un revenu universel avorte. La peur du déclassement et l’angoisse du lendemain courbent les échines. Le questionnement métaphysique n’est plus de saison. La majorité de la population craint de perdre son boulot et de vider sa vie de cette distraction rémunératrice. Seules les marges continuent à interroger les modes de production. Hier, le Larzac et Lip étaient autogestionnaires. Aujourd’hui, on est zadiste ou start-upper, baba bricoleur de sobriété ou techno rivé en permanence au miroir flatteur de son écran.

«Faites l’amour, pas la guerre»

Mai 68 est le contemporain du «Summer of Love» hippie et de l’orgasmique chanson Je t’aime moi non plus de Gainsbourg. Les corps se dénudent, les droits (contraception et avortement) se conquièrent, les frustrations se liquident. Catho ou coco, la morale classique vole au vent. Les divorces recomposent les familles et les autonomies se font aventureuses et esseulées.

L’année 2018 s’annonce comme une contre-révolution sexuelle. L’égalité rêvée par 68 tardant à s’imposer, les femmes saturent des abus de pouvoir et des harcèlements masculins continués. Anonymat d’Internet aidant, elles mitraillent à tout va, ciblant les violences répertoriées comme les libidos qui leur déplaisent. Estomaqués, les hommes prennent cher. Ils n’ont pas vu le coup venir, tout à leur illusion d’avoir grandement évolué depuis 68. Prostitution interdite, porno menacé, censure féministe en remontée, l’époque rogne sur des libertés vécues comme des agressions. Et on se clashe sur #Balancetonporc tout en se «matchant» sur Tinder dans une remise en cause déstabilisante des codes de séduction français.

Si l’amour devient une guerre de (presque) toutes contre beaucoup, les conflits armés prospèrent, les marchands de canon ont les pouces aux bretelles et le pacifisme qu’espérait tant 68 se regarde avec commisération. La France de 2018 continue à jouer les gendarmes dans son pré carré africain d’autant plus facilement que Daech est un épouvantail sanglant. Entre deux attentats, on se retrouve embarrassé d’oser encore en référer au Déserteur de Vian, comme aux Deux Oncles de Brassens.

«Comment peut-on penser à l’ombre d’une chapelle ?»

Mai 68, c’est le refus des croyances et la contestation permanente, la remise en cause de l’autorité bourgeoise et du conservatisme bienséant. Surtout, c’est l’irrespect à langue tirée. 2018, c’est le respect exigé à coup de tweets hurleurs par les religions, les minorités, les disgraciés divers et variés et même par les chênes centenaires, symboles phalliques et grabataires s’il en est, qu’il faudrait enlacer au lieu de les abattre.

Mai 68 s’est construit contre l’Empire américain avant de s’y rallier à plein. 2018 va devoir se dépatouiller avec le politiquement correct qui a traversé l’océan et déconseille de rire de tout avec n’importe qui. Il n’est plus interdit d’interdire. Ce serait même recommandé. Et, c’est souvent bête à pleurer.

Luc Le Vaillant, journaliste.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *