Au Mexique, de l’espoir et beaucoup de déceptions

Après le triomphe de Guillermo del Toro à Hollywood pour La forme de l’eau, avec notre excellente Tatyana Franck, directrice de L’Elysée, musée de la photographie, qui vient d’inaugurer une exposition remarquable au Musée des beaux-arts de Mexico sur le thème des hybrides, réunissant des œuvres provenant du monde entier, et encore à l’approche des prochaines élections de juillet 2018, évidemment très controversées, le Mexique est à l’honneur.

Ce magnifique pays cultive les contrastes de toutes sortes. Une histoire grandiose, avec entre autres les civilisations mayas, aztèques et toltèques dont la majorité de la population est issue. Mais aussi avec des guerres contre l’Espagne, une avec les USA, trois républiques et deux empires.

Vent de créativité

Malgré la grave perte de près de la moitié de son territoire, avec les Etats du Nouveau-Mexique, du Nevada, de la Californie, de l’Arizona, de l’Utah et du Colorado emportés par les Etats-Unis à l’issue d’une guerre inégale de conquêtes, le pays reste immense, puisqu’il baigne dans le Pacifique et la mer des Caraïbes. La richesse culturelle du Mexique est considérable, l’architecture est exceptionnelle, la cuisine bien loin des tacos exportés ici ou là. On sent un vent de créativité et d’esprit d’entreprise remarquable. On efface les traces du séisme de septembre 2017 avec énergie.

Mais il faut rappeler aussi que la criminalité atteint des sommets, avec près de 30 000 meurtres par année. Un gouvernement et une police corrompus et des inégalités frappantes. Les enfants des pauvres peuvent se promener dans la rue et dans les parcs. Mais les bourgeois doivent sans cesse être protégés de l’industrie de l’enlèvement pour l’obtention de rançons. Les chauffeurs de taxi peuvent être des bandits, les flics aussi. Leur salaire mensuel est de moins de 1000 francs. Ce n’est pas une excuse mais cela n’aide pas à la probité.

Le Mexique, c’est aussi la ville la plus dangereuse du monde: Ciudad Juarez, plus de 1000 meurtres chaque année. Le maire, Lardizabal réclame la protection des Nations unies et se réfugie de l’autre côté de la frontière, à El Paso aux Etats-Unis, où il possède une maison pour sa sécurité.

Corruption systématique

Comme d’habitude, les prochaines élections donnent un peu d’espoir mais, au Mexique plus encore qu’ailleurs, la population va de déception en déception. Le système de corruption a un nom: «Leva jato», ou lavage express. La moitié des personnes interrogées par l’ONG Transparency International avouent avoir soudoyé un fonctionnaire au moins au cours de l’année. Le pays se retrouve à la 135e place sur 180 pour la pratique des fameux pots-de-vin. La justice elle-même est liée à cette corruption systématique et structurelle, comme le souligne le centre de recherche Fundar.

La politique de Donald Trump n’arrange pas les choses. La construction d’un mur, des taxes d’importation catastrophiques pour l’industrie ne vont pas aider les affaires du Mexique. Confronté à une augmentation de la population considérable, le pays comptait 13 millions d’habitants en 1900 et 130 millions aujourd’hui, ce qui en fait le 11e pays le plus peuplé du monde. Sans compter les personnes non identifiées jusqu’à ce qu’il y ait eu l’an passé une possibilité de s’inscrire en ligne pour obtenir des papiers, ce qui a remis 5 millions de personnes dans le circuit! Quant à la capitale, avec ses 20 millions d’habitants environ, elle est la cinquième du monde.

Malgré une certaine insécurité, les touristes affluent au Mexique. Ils ont toutes les raisons d’être heureux de leur séjour. Les sites des civilisations préhistoriques sont prodigieux et très fréquentés. En plus de la capitale, une des plus grandes mégapoles du monde et ses riches musées, on sera heureux de découvrir Acapulco, mais surtout la fabuleuse Oaxaca, une ville de type coloniale au charme unique. Le Mexique, ce n’est pas que les sombreros, la tequila, Carlos Slim ou Frida Kahlo!

Pierre-Marcel Favre, éditeur.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *