Abilio Estévez

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de julio de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Fidel Castro vient de mourir. Quand il arriva au pouvoir, j’avais 5 ans. Dans quelques jours, j’en aurai 63. J’ai donc vécu toute la vie sous son ombre, gravitant autour de lui, me conformant en public et maudissant en silence, écrivant par métaphores, essayant de contourner la censure, évaluée à la mesure d’un homme qui avait fait de lui-même la mesure de toutes choses, me définissant pour lui ou contre lui, même après être sorti de Cuba en 2000. Dire «une vie entière à la merci d’un monsieur extrêmement têtu», c’est peu dire. L’adjectif têtu a une nuance plaisamment familière. Et je parle d’un homme qui n’admit aucune autre volonté que la sienne et bâtit un pouvoir absolu autour de sa personne.…  Seguir leyendo »