Alain Lipietz

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de diciembre de 2008. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Le mouvement des gilets jaunes marque la première révolte contre l’ubérisation de la société. Ses formes ne sont pas inconnues, elles renvoient aux origines mêmes de notre république sociale. L’«ubérisation» radicalise le modèle libéral et productiviste qui s’est imposé dans le monde au début des années 80, avant d’entrer en crise en 2008. La raison dictait alors, comme dans les années 30, un renforcement de la protection sociale et un retour aux politiques de soutien de la demande, mais orientées massivement vers la transition écologique.

C’est le contraire qui s’est produit. L’Etat-providence a poursuivi sa régression. Les crises écologiques ? On y pense et puis on oublie.…  Seguir leyendo »

Etienne Balibar vient de publier une «tribune» dans Libération qui m’a particulièrement ému. Il fut le maître en rigueur de mes premiers livres. Sur la photo, ses cheveux sont encore plus blancs que les miens. Nos désarrois sont pareils ; le caractère volontairement décousu de son texte semble signer le testament, non d’une seule, mais de plusieurs générations politiques depuis la première guerre mondiale. Il nous reste quelques vagues outils qui nous permettent encore de poser des questions. Une exigence. Le refus du «n’importe quoi».

De retour du pays de Trump, Etienne Balibar redécouvre l’Europe du Brexit, de Le Pen, sans compter la Hongrie, la Pologne… Il oublie surtout, je crois, le Grand Précurseur : le Non au Traité constitutionnel européen de 2005, le plus exact prodrome du Brexit, et de Trump face à l’Accord de libre-échange nord-américain.…  Seguir leyendo »

A l’Assemblée nationale, les députés de la gauche française et des écologistes ont commis le 21 février une bourde historique : ils ont fait le choix de s’opposer ou de s’abstenir lors du vote sur la ratification du traité créant un outil de solidarité à l’égard des pays de la zone euro qui ne peuvent plus emprunter, le Mécanisme européen de stabilité (MES).

Depuis 2010, les Verts et les socialistes, au Parlement européen, se sont battus pour l’existence d’un tel mécanisme. Cette solidarité n’est pas qu’une question de générosité, mais d’intérêt bien compris. La faillite d’un Etat européen entraînerait la faillite de nos banques, qui détiennent nos économies, notre salaire, et, si les déposants sont remboursés, ce sera avec nos impôts.…  Seguir leyendo »