Anand Menon

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de diciembre de 2008. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

L’Europe des Vingt-Sept a concédé au Royaume-Uni un nouveau sursis. Avant que le Conseil européen n’accorde ce nouveau sursis, le secrétaire d’Etat des Affaires étrangères britannique, Jeremy Hunt, avait prévenu l’Union européenne à maintes reprises que les Anglais accuseraient l’Europe dans le cas d’un accord de Brexit manqué («no deal»). Un échec qui envenimerait les relations entre le Royaume-Uni et l’UE pendant de longues années, avait-il encore avancé. Or, ce «no deal» aurait également des conséquences politiques négatives pour l’UE, à plus forte raison en amont des élections européennes qui se tiendront à la fin du mois de mai.

Reste qu’en définitive, la politique emboîtera le pas à l’économie.…  Seguir leyendo »

Last week’s Parliamentary defeat for the Brexit deal has just been followed by another major event. The Parliament’s speaker has ruled that the government cannot introduce the Brexit deal for another vote, citing a House of Commons precedent that MPs can’t be asked to vote again on a measure in the same parliamentary session.

That could be a problem for Theresa May’s government. It cannot readily change the measure without renegotiating the deal, which the European Union has made clear is extremely unlikely. Speaker John Bercow could decide that if the government and the E.U. agree on either a long extension or a change in the Brexit date, that would change what MPs are being asked to vote on.…  Seguir leyendo »

The tectonic shifts in British politics, explained-2

Roughly a month ago, two British Cabinet ministers involved with Brexit negotiations resigned, objecting to Prime Minister Theresa May’s approach to dealing with the European Union. That moment exposed startling changes within the British party system — and indeed the nation at large — that had been felt first with the Brexit vote.

Let’s look at the tectonic political shifts shaking up Britain — much like those in the United States and Europe.

1. Dissatisfaction with mainstream politics drove the Brexit vote

As Geoffrey Evans and I recently argued, increased dissatisfaction with and distrust of mainstream politics were among the drivers of the Brexit vote.…  Seguir leyendo »

Ainsi, donc, Theresa May arrive à Brégançon aujourd’hui. Sa mission est simple : convaincre le président Macron de se faire l’avocat d’une plus grande flexibilité pour le mandat de négociation de l’Union européenne (UE), ce qui permettrait de conclure un accord de compromis – ce type d’accord que le négociateur Michel Barnier a toujours exclu jusqu’à présent. Quant à savoir si elle va y parvenir, personne, pour le moment, ne peut le dire avec certitude. Mais à l’heure où les négociations sur le Brexit touchent à leur fin, il y a de fortes raisons politiques pour que des dirigeants des Etats membres prennent au sérieux cet argument en faveur d’une plus grande souplesse de leur part.…  Seguir leyendo »

A l’approche du référendum britannique sur l’Union européenne (UE) – ll se tiendra le 23 juin –, certains estiment que, pour l’Europe, une sortie du Royaume-Uni causerait des dommages minimaux et représenterait même davantage une chance. Ils ont tort.

L’idée qu’une UE sans la Grande-Bretagne serait plus forte et plus efficace repose sur trois hypothèses erronées : la première porte sur les conséquences d’un « Brexit » ; la deuxième concerne le comportement du Royaume-Uni en tant qu’Etat membre de l’UE ; la troisième a trait aux perspectives qui s’ouvriraient aux pays membres restants au sein de l’UE si les Britanniques choisissaient de quitter cette dernière.…  Seguir leyendo »

Members of the foreign policy establishment have lined up to argue that a British exit from the EU would not only damage Britain, but undermine the bloc and jeopardize the security of ‘the West’.

Some of their arguments have merit. Others do not stand up to scrutiny. The idea that Brexit would make Britain a less reliable or loyal ally is particularly misplaced — there are good reasons for thinking that a British exit might enhance the military contribution that the UK makes to European security.

One of the problems with the Brexit debate is the absence of compelling evidence or precedents.…  Seguir leyendo »