Antoine Courban

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

La crise syrienne a révélé, entre autres, quelque chose qu’on soupçonnait mais qu’on n’avait pas palpé de manière concrète; à savoir une possible métamorphose de l’homme lui-même. Il fut un temps où le discernement entre le bien et le mal était un critère fondamental de l’action au nom de principes et de valeurs proclamés universels. Que des hommes soient égorgés sous nos yeux, qu’ils soient massivement exterminés par des moyens que la morale réprouve ne semble plus entraîner d’autre réaction qu’une simple émotion des entrailles, suivie de quelques déclarations.

Le passage à l’action lui-même se satisfait d’être annoncé comme simple intention.…  Seguir leyendo »

Dénoncer, encore une fois, l’extrême cruauté de la tragédie syrienne ne sert à rien car cela ne réveillera pas la conscience universelle. Tout le monde a vu les images insoutenables des massacres des localités de la périphérie de Damas, survenus hier suite au bombardement par des projectiles armés chimiquement. On parle de l’usage du gaz Sarin contre des populations civiles.

Qui a tué ? Qui sont les criminels ? La question elle-même a perdu de sa pertinence car l’enjeu de la tragédie syrienne est ailleurs. Pour infiniment moins que cela, l’opinion publique internationale se serait mobilisée comme un seul homme pour la défense des plus faibles au nom de principes qu’on croyait intangibles.…  Seguir leyendo »

Les historiens retiendront, sans doute, que la démission volontaire du pape de Rome clôt une longue période de 1260 ans, inaugurée par un acte inédit mais spectaculaire d’Etienne II, en 753. A la suite des invasions des Lombards, qui avaient pris toute l’Italie byzantine au pouvoir impérial de Constantinople, la ville de Rome était gravement menacée. Nommé négociateur personnel par l’empereur Constantin V, le pape Etienne II tenta, en vain, d’obtenir des Lombards la restitution des terres italiennes au pouvoir impérial.

C’est alors qu’il décida, de son propre chef, de traverser les Alpes et d’aller demander l’aide des Francs en la personne de Pépin le Bref, qui venait de renverser les Mérovingiens.…  Seguir leyendo »