Antoine Roth

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de febrero de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Après plus d’une décennie de négociations, l’Accord de partenariat transpacifique (TPP selon son acronyme anglais) entrera en vigueur à la fin de l’année, et ce, malgré le désengagement en 2017 de sa principale force motrice, les Etats-Unis. La survie de l’accord est un triomphe pour la diplomatie japonaise, à qui il est largement donné crédit pour avoir rallié les autres participants après ce revers. Ce développement pourrait surprendre: le Japon s’est joint tard aux négociations, et le sujet fut longtemps très controversé à l’intérieur du pays (l’accord fait encore l’objet de critiques à la gauche de l’échiquier politique). Et pourtant, le gouvernement nippon apparaît aujourd’hui comme le leader du libre-échange dans la zone Pacifique.…  Seguir leyendo »

Le Japon a beaucoup contribué au développement économique de la Chine. Les investissements massifs et les transferts de technologie offerts à partir des années 1980 ont lancé le pays sur le chemin de la modernisation. Aujourd’hui encore, la position officielle du Japon est favorable à l’essor de son immense voisin. Le gouvernement appelle au maintien d’une relation stable et mutuellement bénéfique et encourage la Chine à jouer un rôle actif en Asie et autour du monde. Derrière cette façade, cependant, se cache une appréhension croissante. Celle-ci est bien sûr d’abord due aux questions historiques et territoriales qui causent régulièrement des tensions entre les deux voisins ainsi qu’à une certaine déception face à l’autoritarisme continu du Parti communiste chinois.…  Seguir leyendo »

Alors que sa voisine, la Corée du Nord, devient de plus en plus belliqueuse, le Japon se lance dans une élection générale impromptue. Beaucoup questionnent la décision du premier ministre Shinzo Abe de dissoudre la Diète et de faire appel à la population. La décision paraît en effet très opportuniste.

Après un été qui avait vu la popularité de Shinzo Abe chuter en raison notamment de deux scandales de trafic d’influence, il avait réussi à redresser la barre grâce à un remaniement de son cabinet et surtout à sa capacité à utiliser la crise nord-coréenne pour se présenter comme un pilier de stabilité dans la tempête.…  Seguir leyendo »