Arthur Quesnay

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Alep est en train de tomber. La partie est de la ville, aux mains des insurgés depuis 2012, est quasiment repassée sous le contrôle du régime, marquant une nouvelle victoire pour la plus brutale des dictatures du Moyen-Orient.

La chute annoncée d’Alep est d’abord le résultat de l’isolement croissant d’une insurrection confrontée à la répression sans limites d’un régime bénéficiant de l’appui de forces étrangères. Les combattants d’Alep-Est ont progressivement cédé sous la pression conjuguée des forces russes, du Hezbollah, de milices afghanes et de l’armée syrienne. De plus, le PYD, la branche locale du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, en lutte contre le régime turc), soutient activement le régime et a participé au blocus de la ville.…  Seguir leyendo »

Les négociations de Genève ont échoué fin janvier car elles reposaient sur un malentendu : la préparation d’une transition excluant Bachar al-Assad pour les Américains, la légitimation du régime syrien pour Damas. Malgré cet échec sans appel, qui a aussi démontré la faible influence de Moscou sur Damas, la plupart des commentateurs persistent dans l’idée – ou plutôt le cliché – qu’«il n’y a pas de solution militaire» et qu’un processus diplomatique est la seule issue.

En fait, le bilan des négociations – le second round vient de reprendre lundi sous l’égide du médiateur de l’ONU – n’est pas nul, il est négatif.…  Seguir leyendo »

Au-delà du débat sur les bombardements contre le régime syrien, seule une victoire de l’insurrection peut permettre de mettre fin à la guerre civile.

Des négociations avec Damas ? Elles sont illusoires. Bachar al-Assad ne peut pas transiger car un accord suppose – ne serait-ce que pour assurer la sécurité physique des opposants – la neutralisation des services de renseignements, responsables des pires atrocités, mais sans qui le pouvoir s’effondrerait immédiatement. Dès le début des manifestations pacifiques de 2011, le régime a exclu toute ouverture politique. L’utilisation répétée d’armes chimiques n’est que la dernière étape d’une radicalisation croissante. Depuis deux ans, le régime bombarde systématiquement les cibles civiles – écoles et hôpitaux – dans les zones tenues par l’insurrection pour forcer la population à s’exiler.…  Seguir leyendo »

The international community has given up hope for a negotiated settlement in Syria. All talk has turned to whether rebels should be armed to hasten the fall of the Assad regime. This debate, however, is often framed as a lose-lose situation: Arms could fall into the wrong hands, but not providing them means the civil war could tip in Assad’s favor.

That’s a false choice. The United States and the international community must help rebel groups build a state within the area they hold or risk more radical elements hijacking the revolution and taking control of Syria.

In our recent trips in northern Syria it was obvious that the continuation of the conflict favors radical groups and risks destabilizing the entire region.…  Seguir leyendo »