Béligh Nabli

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de diciembre de 2008. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

La communauté musulmane n’existe pas

La prétendue «communauté musulmane» à laquelle se réfère le système politico-médiatique se situe entre la pure fiction et la construction artificielle d’une «communauté imaginaire». Cette notion n’en reste pas moins particulièrement efficace et dangereuse : d’une part, elle tend à englober un ensemble d’individualités dans une masse informe, un être collectif qui sommeillerait au sein – ou aux portes – de la communauté nationale, un Autre qui prend les traits d’un ennemi intérieur. D’autre part, elle suscite chez les personnes de confession ou de culture musulmane une réaction de repli sur soi de nature à forger un lien communautaire nourri par un sentiment d’exclusion et de stigmatisation.…  Seguir leyendo »

Derrière les avancées sur le dossier nucléaire, l’accord entre l’Iran et le groupe des six puissances porte en lui les germes d’une «rupture stratégique». Outre sa force symbolique, cet accord s’avère historique car il ouvre un nouveau champ des possibles : il laisse entrevoir une éventuelle reconfiguration des relations Iran – Occident, et par suite une recomposition de la géopolitique du Golfe et du Moyen-Orient.

La question du nucléaire – civil et militaire – en Iran remonte à l’époque du chah. Une volonté de puissance relativement admise par les Occidentaux, à une époque où le régime iranien incarnait un «allié stratégique» dans une «région stratégique» pour l’exploitation et l’exportation des hydrocarbures.…  Seguir leyendo »

Dix années se sont écoulées depuis le déclenchement de l’invasion anglo-américaine de l’Irak. Outre la violation manifeste du droit international par la première puissance mondiale, cette guerre a revêtu une dimension symbolique et idéologique particulièrement prégnante ; elle ne saurait être expliquée par les seuls préceptes de la realpolitik. Résultante directe de représentations culturelles biaisées, cette expédition est venue nourrir les fantasmes et attiser les flammes du «choc des civilisations.»

Pour mémoire, l’invasion fut préparée par une campagne de propagande tous azimuts et par une série de mensonges éhontés : existence d’armes de destruction massive, relations entre Saddam Hussein et Al-Qaeda, uranium yellowcake acheté par Saddam au Niger, menace imminente contre les Etats-Unis… Pis, certains tentèrent de la justifier par des constructions intellectuelles fallacieuses et fondées sur une contradiction ontologique : la démocratie par la force, la démocratie par l’ingérence.…  Seguir leyendo »

Date symbolique de la révolution française de 1789, le 14 juillet coïncide cette année avec les six mois de la révolution tunisienne. Le temps n’est pas encore au bilan de cette expérience unique. S’il revient d’abord aux historiens de souligner la pertinence et les limites de toute analogie avec la «révolution mère», il est légitime de s’interroger sur le sens, la nature et la portée des faits auxquels nous avons assisté.

Les réticences à parler de «révolution tunisienne» témoignent de la sacralité qui continue d’entourer un mot visiblement figé dans un temps et un espace déterminés. Dans la mesure où la «révolution» appartient à l’histoire contemporaine de l’Occident, ce terme est-il idoine pour qualifier une «chose tunisienne» qui s’inscrit dans un autre espace-temps ?…  Seguir leyendo »

Oussama Ben Laden est mort. L’évènement est historique. Sa célébration populaire, médiatique et officielle n’en est pas moins troublante : «Justice» a-t-elle été faite ? Au-delà de considérations purement morales et éthiques, les conditions de cette mise à mort suscitent des interrogations qui relèvent du droit international, dont le mot » terrorisme « ne fait pas disparaître les règles. Nonobstant les zones d’ombre qui continuent d’entourer les circonstances de ce décès, au moins deux points peuvent d’ores et déjà être discutés. On n’insistera pas ici sur la violation de l’exclusivité territoriale – et donc de la souveraineté – du Pakistan, pour s’attacher à deux principes juridiques fondamentaux, porteurs de valeurs essentielles : l’interdiction de la torture et le droit à la vie.…  Seguir leyendo »

L’instrument juridique national : instrument de répression et de libération
Les mouvements populaires dans le monde arabe se répercutent sur les ordres juridiques de chacun des Etats concernés. En effet, au-delà des mesures économiques et sociales que les régimes en place ont prises pour répondre aux contestations populaires, les réactions étatiques ont consisté également en des actes qui ont directement affecté l’ordre juridique national.

En quoi consistent ces actes juridiques ? Suivant un réflexe répressif lié à la nature autoritaire de ces régimes, les mesures prises consistent en une série de décisions de nature liberticide, telles que l’interdiction des manifestations de l’opposition, le couvre-feu et/ou l’état d’urgence.…  Seguir leyendo »