Cédric Durand

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

«Mon conseil à la jeunesse : lire Karl Marx.» Cette recommandation d’Emmanuel Macron (1) a été entendue au-delà de toutes espérances. Placards sur les murs des universités occupées, autocollants dans les manifestations, graph sur une banderole du Black Bloc. Pour ses 200 ans, le visage du célèbre barbu n’a pas pris une ride.

L’icône anticapitaliste est indémodable, mais c’est aussi l’auteur d’une œuvre qui reste incontournable dans toutes les sciences humaines et sociales. Cette résilience politique combinée à une transversalité scientifique lui donne une position intellectuelle unique parmi les classiques. Mais pourquoi continuer à le lire ? Comment se fait-il que son œuvre demeure contemporaine ?…  Seguir leyendo »

Un spectre hante le mouvement écologiste : les inégalités environnementales. Dans nombre de pays, ce mouvement s’est historiquement construit sur l’idée que la crise environnementale affecte l’humanité dans son ensemble, de manière indiscriminée. Dans cette perspective, trouver des solutions à cette crise suppose de dépasser ses divisions – divisions de classe, de nationalité, de genre, entre minorités ethniques, ou la gauche et la droite. La crise environnementale est un problème qui apparaît entièrement nouveau, en affectant les conditions de survie des êtres humains sur terre. Il rendrait de ce fait obsolète les conflits intra-humains.

C’était faire fausse route. Comme l’a notamment montré le 5e rapport du GIEC rendu public l’an passé, les effets de la crise environnementale sont ressentis de manière très différente selon la catégorie sociale considérée.…  Seguir leyendo »

Longtemps, les juxtapositions politiques en Europe n’exprimèrent que des nuances. Sociaux-démocrates, conservateurs, libéraux et écologistes se complétèrent et se combinèrent aux différentes échelles politiques. Leur point de fusion est une Europe de l’extrême centre, garante des libertés fondamentales pour le capital et d’une subordination des politiques sociales et salariales au libre jeu de la concurrence. Cette époque prend fin. La victoire de Syriza restaure un contraste politico-géographique maximum. Contre le consensus austéritaire des institutions européennes, le nouveau gouvernement grec est mandaté pour opérer une révolution des priorités : la discipline financière est seconde par rapport à l’urgence sociale ; la dignité et la souveraineté d’un peuple ne peuvent être dissoutes.…  Seguir leyendo »