Charles Cuvelliez

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de Marzo de 2008. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Facebook vient de rendre plus dynamique, c’est un euphémisme, la manière dont on pourra gérer les profils et comptes des proches décédés : depuis 2015, on pouvait déjà désigner un légataire de son compte Facebook en cas de décès. Celui-ci pourra désormais quasiment le gérer comme le regretté défunt, et même répondre aux demandes d’amis. Il ne pourra toutefois pas envoyer des demandes pour devenir ami (ni d’ailleurs enlever des amis)… Ouf !

Etant donné le nombre d’utilisateurs de son réseau, qui tous mourront bien un jour, Facebook risque cependant d’être dépassé par les événements d’ici quelques dizaines d’années, à moins qu’il soit assez malin pour planifier la masse de décès à venir.…  Seguir leyendo »

Alors qu’en France les autorités veulent régler le problème des « fake news » par une loi dont le projet a été publié le 21 mars, un groupe d’experts de haut niveau mis en place par la Commission européenne préconise de ne pas légiférer, selon le rapport sur les « fausses informations et la désinformation » qu’il a remis le 12 mars à la commissaire européenne chargée du numérique, ­Mariya Gabriel.

Qui a raison, qui a tort ? Interroger notre cerveau primaire sur notre attirance pour les « fake news », leur lecture et leur diffusion, aiderait à répondre à la question.…  Seguir leyendo »

L’usage morbide, par certains, de Facebook Live a amené son fondateur à annoncer précipitamment le recrutement de 3 000 modérateurs supplémentaires. Il est vrai que l’intelligence artificielle (IA) est bien en peine de reconnaître des contenus violents, surtout diffusés en direct.

Le quotidien affreux de ces modérateurs, contraints de visionner des horreurs à longueur de journée, mériterait pourtant qu’on les remplace vite par des machines !

L’IA ne peut pas tout, mais là où elle peut beaucoup, on la maudit, accusée de détruire nos emplois, de remplacer la convivialité humaine. Ce débat repose sur un malentendu.

Il vient d’une définition de l’IA qui n’a, dans la réalité, jamais pu être mise en pratique : en 1955, elle était vue comme la création de programmes informatiques qui, quoi qu’on leur confie, le feraient un jour mieux que les humains.…  Seguir leyendo »