Divya Dwivedi

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de Julio de 2008. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Les manifestations qui ont récemment éclaté en Inde sont d’une telle ampleur qu’on les a comparées au « mouvement pour l’indépendance nationale » du début du XXe siècle. Toutefois, si la contestation est aussi massive aujourd’hui, c’est parce qu’elle est portée par des protestataires issus des castes inférieures, dont l’oppression avait été occultée par le mouvement pour l’indépendance. Mais les manifestations ne peuvent pas définir en soi un horizon, sinon le devoir de « protéger la Constitution ». Or, ces troubles s’expliquent en partie par la Constitution de l’Inde elle-même.

Les protestations portent sur deux mesures juridiques adoptées par le gouvernement nationaliste hindou au pouvoir : le Registre national des citoyens (RNC), un processus bureaucratique servant à identifier les « citoyens légaux », et la nouvelle loi sur la citoyenneté (le Citizenship Amendment Act, CAA), qui définit implicitement ceux qui, parmi les « réfugiés », peuvent être considérés comme « légaux ».…  Seguir leyendo »

En 2019, trois mesures du gouvernement nationaliste hindou ont brisé, pour une grande partie du peuple indien, la confiance en leur statut de citoyens : l’instauration du National Register of Citizens (NRC) ou «registre national des citoyens» ; de la Citizenship Amendment Act (CAA) ou «loi amendement de citoyenneté» ; et la construction de vastes camps de détention.

Le NRC est une procédure de vérification des documents – les critères auxquels ces pièces doivent satisfaire n’ont pas été communiqués par l’Etat – afin de trier et d’identifier les citoyens de plein droit.

La CAA définit quels «réfugiés» sont éligibles à la citoyenneté.…  Seguir leyendo »

Le 28 août, Arun Ferreira (à droite), un défenseur des droits de l'homme et avocat, a été arrêté par la police de Pune, en Inde. Photo Praful Gangurde. Hindustan Times via Getty Images

Il y a quelques jours, en Inde, la police a perquisitionné les domiciles de cinq militants, confisqué leurs ordinateurs et téléphones portables, les a contraints à donner les mots de passe de leurs mails et a placé un certain nombre d’entre eux en garde à vue. Il s’agit d’Anand Teltumbde (universitaire et intellectuel dalit), Sudha Bharadwaj (universitaire et avocate), Varavara Rao (professeur à la retraite et poète), Arun Ferreira (avocat spécialiste des droits de l’homme), Vernon Gonsalves (universitaire et écrivain) et Gautam Navlakha (écrivain, journaliste et militant des droits de l’homme). Ces arrestations font partie d’une série de persécutions d’intellectuels et de militants par les forces de l’extrême droite hindoue, analysée dans le tout récent numéro de la Revue des femmes philosophes de l’Unesco, «Intellectuels, philosophes, femmes en Inde : des espèces en danger», auquel le professeur Teltumbde a contribué.…  Seguir leyendo »