Elena Servettaz

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

La déchirante photo du petit Aylan Kurdi dont le corps git sur le bord de mer d’une plage turque est devenue le symbole de la tragédie syrienne et de l’inaction de la communauté internationale. Elle est parue dans les journaux du monde entier pour illustrer le sort malheureux de ceux qui ont été poussés, à cause de la guerre, à faire le choix extrême de l’exode. En Russie, c’est différent. Le nom de cet enfant risque de devenir pour certains le symbole du danger de l’immigration syrienne vers Europe.

Il y a dix ans, j’ai posé mes valises à Marseille avant de déménager à Paris un an plus tard.…  Seguir leyendo »

En août 1998, je venais d’avoir 15 ans. Boris Nemtsov était à l’époque vice-premier ministre. Mon père venait de m’amener à l’aéroport de Baïkonour. Il faisait plus de 40 °C, c’était juste après le lancement de la fusée Soyouz et nous attendions de décoller pour Moscou. A l’aéroport, mon père m’a appelée, solennel: «Regarde, c’est Boris Nemtsov.» Il était venu rencontrer les cosmonautes et il rentrait à Moscou en même temps que nous. Il portait une chemise blanche immaculée. Il était jeune et beau. Nemtsov plaisantait et il portait un sac plein de pastèques de Baïkonour, particulièrement sucrées.

Des années plus tard, alors que je travaillais en France, j’interviewais Boris en direct pour ma radio.…  Seguir leyendo »