Fariba Adelkhah

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Le 26 février, les Iraniens doivent renouveler deux assemblées importantes de la République, qui détiennent chacune de vrais pouvoirs : le Parlement (Majles) approuve les lois et la nomination des ministres (ou leur renvoi), et l’Assemblée des experts, composée de 88 clercs, qui désigne le Guide de la révolution ou prend acte de son incapacité.

Comme à chaque consultation, et en vertu de la Constitution, qui a instauré une forme de scrutin censitaire, le Conseil des gardiens de la Constitution a écarté nombre des précandidatures à chacune de ces deux élections : environ 5 600 sur 12 000 pour le Parlement, et 640 sur 800 pour l’Assemblée des experts.…  Seguir leyendo »

Mohammad Javad Zarif, le ministre des affaires étrangères de la République islamique, a sans doute donné la clé de l’accord de Lausanne en le qualifiant, selon le jargon contemporain qu’il maîtrise parfaitement, de « gagnant-gagnant » (bord-bord). Derrière cette banalité se cache une grande nouveauté. Les Etats-Unis et l’Iran ne sont plus dans une confrontation à somme nulle. L’un et l’autre peuvent tirer parti de la négociation dans laquelle ils se sont engagés. L’ouverture des pourparlers, en 2013, avait été une première page tournée. En voici une deuxième, tout aussi significative.

Mohammad Javad Zarif non seulement se félicite des gains qu’il assure avoir emportés – bien des observateurs pensent qu’en réalité l’Iran a fait beaucoup de concessions –, mais encore renonce à voir dans ses interlocuteurs les perdants de l’accord.…  Seguir leyendo »

Depuis la proclamation de la réélection de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence de la République islamique, dès le premier tour du scrutin, la contestation s’est emparée de la rue iranienne et ne semble pas devoir se démentir en dépit de la dureté de la répression. Quelle est la teneur, quels sont les objectifs de ce “mouvement vert” – la couleur que le sort avait donnée à la candidature de Mir Hossein Moussavi et qui est devenue le signe de ralliement des protestataires ?

Il s’inscrit clairement dans la continuité de tout une série de mobilisations qui ont agité la société iranienne depuis le milieu des années 1990 : forte participation lors des élections législatives de 1996, notamment en faveur de candidats “reconstructeurs” et “autres penseurs” ; soutien populaire impressionnant à Mohammad Khatami en 1997 ; manifestations spectaculaires des supporteurs de l’équipe nationale de football en 1997-1998 ; mouvement étudiant de 1999 ; grèves des instituteurs, des ouvriers et des chauffeurs de bus depuis le début du millénaire ; et, surtout, campagne Un million de signatures contre les discriminations à l’encontre des femmes.…  Seguir leyendo »