Frank Nouma

Este archivo solo abarca los artículos del autor incorporados a este sitio a partir del 1 de noviembre de 2006. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Qui aurait pu penser qu'un tragique fait divers, l'immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, entrainerait la chute d'une dictature de près de 24 ans ? Ce sont toujours les petits événements qui provoquent les grandes révolutions. On l'a vu dans la révolution française comme dans la révolution russe. Dans le cas tunisien, l'accélération de l'histoire montre à quel point, ce régime était fragile. L'acte héroique et tragique de Mohamed Bouazizi traduisait un désespoir envers un système inique qui condamnait une société entière à l'assujetissement. Le moindre signe de rébellion étant irrémédiablement sanctionné par une peine de prison ou pis encore, l'éliminitation physique du contestataire.…  Seguir leyendo »

Pour Téhéran, l'Europe est certes un géant économique dont les mollahs attendent qu'elle compense, du point de vue commercial et industriel, l'absence des Etats-Unis en fournissant à l'Iran les devises et les technologies dont il a besoin, mais aussi un "nain politique" dont l'avis, en conséquence compte peu.

Car Téhéran sait pertinemment bien que l'Europe est divisée, que sa politique étrangère est au mieux balbutiante et qu'aucune force militaire ne lui permet d'intervenir, seule et de façon crédible (à condition qu'elle le juge un jour nécéssaire, ce qui est douteux) dans la région du Golfe.

Dès lors, la politique iranienne vis-à-vis de l'Europe pourrait se résumer à trois axes fondamentaux : diviser les Etats pour les empêcher de s'entendre, jouer, chaque fois que possible, la carte européenne pour contrer les intérêts américains et transformer les membres de l'Union européenne en clients et fournisseurs nourrissant l'économie iranienne.…  Seguir leyendo »

Les relations entre l’Iran et Israël relèvent du paradoxe. On pourrait penser que des peuples non arabes du Moyen-Orient auraient tout intérêt à entretenir de bonnes relations afin de s’épauler mutuellement pour contrebalancer l’influence arabe. Ce scénario était en vigueur à l’époque du chah. Par ailleurs, Israël a toujours entretenu d’excellentes relations avec la Turquie, autre pays non-arabe du Moyen-Orient, et l’arrivée d’un gouvernement islamiste modéré n’a rien changé. Quant au pouvoir en place à Téhéran, il est aussi intransigeant dans sa politique intérieure que dans ses relations avec la communauté internationale. Dès le début, il s’est voulu le champion de la cause palestinienne.…  Seguir leyendo »