Frédéric Charillon

Este archivo solo abarca los artículos del autor incorporados a este sitio a partir del 1 de noviembre de 2006. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

La possibilité d’une frappe nucléaire tactique russe dans la guerre ukrainienne est devenue une réalité. Plusieurs éléments, mis bout à bout, indiquent que l’option est sérieuse : a) l’armée de Vladimir Poutine est mise en échec sur le plan conventionnel ; or le maître du Kremlin adopte une logique jusqu’au-boutiste qui n’admet pas la défaite ; b) non seulement l’armée russe , pourtant redoutée, a été discréditée, mais l’économie est en péril, la mobilisation de la population provoque la stupeur, et des critiques émergent contre les choix stratégiques du président : ce dernier se trouve donc acculé, situation toujours périlleuse ; c) en annexant des territoires sur lesquels l’armée ukrainienne progresse grâce à l’aide occidentale , Moscou peut désormais transformer sa propre invasion en défense du territoire national face à une agression de l’Otan, ce qui justifie davantage l’usage de la dissuasion ; d) enfin, les 300 000 hommes russes récemment mobilisés sont probablement inaptes à se battre et sont envoyés à l’abattoir, Vladimir Poutine le sait, et cette probable hécatombe peut encore aider, en interne cette fois, à justifier l’usage d’armes de destruction massive.…  Seguir leyendo »

Certains régimes politiques gouvernent en associant le peuple, d’autres se maintiennent en le matant. Les premiers se légitiment par l’encouragement de la participation populaire, les seconds par la passivité entretenue des masses. Depuis quelques mois, les démocraties libérales semblaient à la peine face à des régimes autoritaires aux mécanismes bien huilés. Gilets jaunes français, anti-vax européens, émeutiers américains du Capitole en janvier 2021 , identitaristes ou complotistes donnaient une impression de chaos, sur les braises duquel des organes d’influence extérieurs soufflaient avec délice. La société démocratique offrait la vitrine d’un monde en fin de cycle, miné de l’intérieur.

Depuis quelques jours, l’actualité nous rappelle (car le phénomène est en réalité plus ancien) que les régimes fermés sont plus fragiles encore.…  Seguir leyendo »

De la Syrie à Gaza en passant par l'Ukraine ou l'Irak, deux dilemmes classiques agitent la communauté internationale et font hésiter les politiques étrangères. Le premier porte sur la compatibilité entre les intérêts et les principes : faut-il agir dans une situation où la morale l'exige, mais dans laquelle le coût prévisible de l'action risque d'être trop élevé pour l'intérêt national réel ? Le second porte sur les moyens à mettre en œuvre pour faire triompher ses intérêts : l'usage de la force est-il toujours le meilleur moyen de s'imposer, ou bien cet instrument est-il devenu, dans le monde globalisé des années 2010, hautement contre-productif ?…  Seguir leyendo »

Il est naturellement inconcevable que les événements de Syrie n'aient pas de répercussion sur les équilibres régionaux du Moyen-Orient. La question porte plutôt sur la nature et sur l'échelle exactes de ces répercussions. Sans jouer sur les mots, il faudra distinguer les cas d'un impact limité à l'extension des clivages syriens sur le voisinage immédiat (la contagion), d'une fragilisation au moins provisoire des structures et des institutions de la région (la déstabilisation), d'une interaction à haut risque avec d'autres dossiers régionaux explosifs pouvant mener à une déflagration majeure (l'engrenage), ou encore d'une remise à plat possible des équilibres de la zone, pour laquelle on empruntera – une fois n'est pas coutume – le terme de "chaos créateur", pourtant discrédité dans les années 2000 par l'usage pour le moins désinvolte qu'en avaient fait les néoconservateurs.…  Seguir leyendo »