Frédéric Vandenberghe

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

La «Nouvelle République», qui coïncide avec le retour à la démocratie après une dictature militaire sanglante (1964-1985), aura finalement duré un peu plus d’un quart de siècle. Depuis 2014, rien ne va plus au Brésil. Le pays est entré dans un nouveau cycle. Avec la montée en puissance de l’extrême droite, le cycle risque de se transformer en cyclone qui détruit toutes les institutions démocratiques sur son passage. Les crises s’accumulent: crise économique (la pire récession de son histoire, décroissance, désaccélération, dévalorisation du real, austérité, chômage), crise politique (scandales et affaires en série, coup parlementaire avec destitution de la présidente Dilma Roussef en 2015, incrimination et délégitimation du président Michel Temer, emprisonnement de l’ancien président Ignácio Lula da Silva), crise juridique (politisation de la justice, y compris de la Cour suprême), crise sociale (croissance des inégalités, retour de la pauvreté, déstructuration de la santé politique, de la culture et de l’éducation), crise de la sécurité publique (explosion de la criminalité et de la violence, y compris de la police, intervention militaire dans l’Etat de Rio de Janeiro, sentiment d’insécurité généralisée).…  Seguir leyendo »

Marielle était fille des favelas, les bidonvilles de Rio de Janeiro. Elle était noire, belle, jeune et charismatique. Elle avait étudié la sociologie et avait obtenu un master en administration publique. Féministe et lesbienne, elle défendait les droits de l’homme, des femmes et des exclus. Elle avait été élue membre de l’assemblée municipale de Rio de Janeiro avec 46 000 votes lors des élections municipales de 2016, lesquelles ont par ailleurs installé un évêque de l’Eglise universelle du règne de Dieu à la mairie. Le 14 mars, elle a été assassinée. Quatre balles tirées d’un revolver de 9 millimètres ont transpercé son visage.…  Seguir leyendo »

Le mur est tombé. Le Brésil est la coqueluche de la gauche. On y croit. Luiz Inácio Lula da Silva, chef charismatique du Parti des travailleurs (PT), ex-métalo et syndicaliste, est élu président. Une première fois en 2002, puis une seconde fois en 2006. Sa protégée, Dilma Rousseff, lui succède en 2010. Tout indique que le Brésil est bien lancé. On ne peut plus le taxer d’être cet éternel «pays d’avenir et qui le restera», pour reprendre les paroles attribuées au général De Gaulle, elles-mêmes en écho ironique au Brésil, terre d’avenir déjà prophétisé par Stefan Zweig, en 1941. Le Brésil allait connaître, à son tour, ses Trente Glorieuses.…  Seguir leyendo »