Habib Abdulrab

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de junio de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

A mi-chemin entre la tragédie et la catastrophe, le Yémen s’engouffre dans un abîme abyssal : la famine y campe, le chaos y règne, et 17,1 millions des 27,4 Yéménites souffrent d’insécurité alimentaire, selon l’Unicef. Parmi eux, 7,3 millions sont menacés de mourir de faim. Sans parler d’autres calamités et épidémies en perspectives.

Privés de leurs salaires depuis six mois, les Yéménites ne peuvent plus subvenir à leurs besoins. Ainsi, nombreux recourent-ils aujourd’hui, sans hésitation, au pire des sacrilèges : le suicide. Un malheureux a écrit avant de se pendre : «Dans ce monde, la délivrance vient de la migration, ou du suicide.…  Seguir leyendo »

Avant d’aborder les raisons de l’effondrement du Yémen, attardons-nous sur deux facteurs issus du contexte géopolitique de la région, et de son extrême pauvreté. Le premier facteur est l’arrogante intervention américaine en Irak, et son humiliante méthodologie de gouvernance : elle a réactivé le confessionnalisme, a fait resurgir le fondamentalisme islamiste, puis a attisé la tentation djihadiste déjà présente dans la région.
S’y ajoute un réveil chiite agressif et d’ambition impériale, animé par l’Iran, dont la rivalité politique fratricide avec des régimes arabes, en majorité d’obédience sunnite, ouvre de vieilles plaies d’un clivage doctrinal ancestral jamais résolu. La mise du Yémen à feu et à sang par la milice chiite Ansar Allah (issue de la branche du houthisme) et la contre-offensive de l’Arabie saoudite et d’autres pays de confession majoritairement sunnite en est un exemple frappant.…  Seguir leyendo »

Aden, la grande ville du Yémen du Sud, est prise entre deux feux, celui des artilleries lourdes d’une agression fomentée par l’alliance des Houthis (1), venus du nord du Yémen et celui des troupes de l’armée d’obédience zaïdite (2) restées fidèles au président déchu Saleh. Parallèlement, la résistance populaire est conduite par la population sudiste (surtout les jeunes d’Aden). Elle est peu aguerrie et mal armée, et entièrement «sunnite», même si le caractère confessionnel est peu enraciné dans une ville anciennement cosmopolite, puis marxisante, comme Aden.

La capitale, Sanaa, grande ville du Nord, contrôlée par ces mêmes Houthis depuis le coup d’Etat du 21 septembre 2014, est sous les raids aériens d’une agression extérieure, menée par une coalition de dix pays dirigés par l’Arabie Saoudite pour qui «un Yémen maintenu dans un chaos contrôlable» est un but stratégique essentiel et permanent.…  Seguir leyendo »