Jean-François Daguzan

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Les 129 morts et 352 blessés de Paris viennent de nous rappeler que la France est en guerre. On avait pu défendre le fait qu’il était possible de dissocier l’action de la France dans une « guerre contre le terrorisme » à l’étranger (telle qu’énoncée par le président de la République) et la lutte sur le territoire national, renvoyée à une dimension criminelle et judiciaire, comme si toutes les deux étaient déconnectées. Or la mondialisation a fait son œuvre.

Désormais Paris nous démontre, si Charlie n’avait pas suffi, que le champ de bataille est partout et que les zones sont interconnectées.…  Seguir leyendo »

Par son impact géostratégique, la crise syrienne dépasse de très loin l’affaire libyenne, qui avait accompagné de ses soubresauts puis de sa violence l’année 2011. Démarrée à peu près à la même époque, la révolte syrienne n’est montée en puissance que progressivement pour rentrer dans une phase à haut niveau de violence en 2012. Pendant cette année, le conflit s’est régionalisé.

LA SYRIE EST AU CŒUR D’UN MAELSTRÖM DE DÉSTABILISATION DE LA PÉRIPHÉRIE PROCHE.

Le choix des puissances d’intervenir en Libye a été fait sur le constat que la chute du colonel Kadhafi aurait des conséquences presque nulles sur l’environnement géostratégique nord-africain (en oubliant ou en voulant ignorer cependant la dimension AQMI).…  Seguir leyendo »

La crise politique syrienne engagée dès mars 2011, s’est traduite par une montée progressive de la violence atteignant aujourd’hui le triste record de plus de 10 000 morts. L’opposition démocratique avait cru qu’une poussée de masse pacifique suffirait à faire changer le régime voire à le renverser. Mais c’était oublier que le régime baassiste, qui est d’abord l’expression d’un clan, se trouvait le dos au mur. Faute d’imaginer un avenir différent, le président Bachar El Assad ne trouva de solution que dans l’expression de la violence extrême – les vieilles recettes de ses pères.

L’insurrection syrienne ne trouva pas dans les Nations Unies le soutien que la libyenne avait connue.…  Seguir leyendo »

L’aspiration démocratique et la revendication de dignité des peuples du monde arabe ont été au coeur des révoltes ouvertes par l’insurrection tunisienne. Les années de dictature et la permanence de régimes autoritaires pèsent lourd. Le couvercle commence à peine à se soulever. Mais les commentateurs qui se sont succédé dans les médias ont bloqué leur curseur exclusivement sur la démocratie. Ainsi, même un journal économique comme La Tribune évoquait à peine la question économique comme élément constitutif de l’insurrection.

Or notre hypothèse est que la crise économique est le facteur-clé du mouvement de révolte ou de révolution du monde arabe. Il est celui qui a permis de faire éclater une colère qui n’aurait pu vraisemblablement exploser que beaucoup plus tard.…  Seguir leyendo »