Jean-François Véran

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de diciembre de 2007. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Imaginez un gouvernement avec Salvini, Orbán, Nétanyahou, Le Pen, Duterte et Trump au pouvoir et vous aurez une idée du nouveau régime qui s’est installé depuis que Jair Messias Bolsonaro est devenu président du Brésil. Le ministère de l’Environnement est occupé par un jeune climatosceptique dépositaire des grands intérêts agro-industriels. Celui de l’Education joue contre son camp en défendant «l’école sans parti», enfin débarrassée de son «marxisme culturel», réinstaurant les collèges militaires civiques et réduisant l’université à sa portion la plus utilitariste, c’est-à-dire sans la philosophie et la sociologie. La surprenante ministre des Droits de l’homme, de la Famille et des Femmes est une évangélique fondamentaliste anti-avortement et antiféministe qui annonce la venue d’une «nouvelle ère, où les garçons s’habillent en bleu et les filles en rose».…  Seguir leyendo »

La «Nouvelle République», qui coïncide avec le retour à la démocratie après une dictature militaire sanglante (1964-1985), aura finalement duré un peu plus d’un quart de siècle. Depuis 2014, rien ne va plus au Brésil. Le pays est entré dans un nouveau cycle. Avec la montée en puissance de l’extrême droite, le cycle risque de se transformer en cyclone qui détruit toutes les institutions démocratiques sur son passage. Les crises s’accumulent: crise économique (la pire récession de son histoire, décroissance, désaccélération, dévalorisation du real, austérité, chômage), crise politique (scandales et affaires en série, coup parlementaire avec destitution de la présidente Dilma Roussef en 2015, incrimination et délégitimation du président Michel Temer, emprisonnement de l’ancien président Ignácio Lula da Silva), crise juridique (politisation de la justice, y compris de la Cour suprême), crise sociale (croissance des inégalités, retour de la pauvreté, déstructuration de la santé politique, de la culture et de l’éducation), crise de la sécurité publique (explosion de la criminalité et de la violence, y compris de la police, intervention militaire dans l’Etat de Rio de Janeiro, sentiment d’insécurité généralisée).…  Seguir leyendo »