Jean-Hervé Jezequel

Este archivo solo abarca los artículos del autor incorporados a este sitio a partir el 1 de mayo de 2007. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

A screenshot of Abou Walid Al Sahraoui speaking in photograph from an undated propaganda aired by France24 television.

Who was Adnan Abu Walid al-Sahraoui?

Adnan Abu Walid al-Sahraoui was the nom de guerre of a prominent jihadist leader in the Sahel, Lehbib Ould Ali Ould Said Ould Yumani, who was born in 1973 in Laâyoune, Western Sahara. He spent part of his youth in Algeria, notably in the Tindouf refugee camps and at the University of Constantine, where he studied the social sciences. He was also reportedly a member of the Polisario Front, the political paramilitary movement that campaigns for Western Sahara’s independence, before joining jihadist insurgents in northern Mali around 2010.

As a high-ranking member of the Movement for Unity and Jihad in West Africa (MUJAO), in 2012 he took part in the conquest of vast territories in northern Mali, including several major towns, in particular Gao, where he was among the most important leaders during the city’s occupation.…  Seguir leyendo »

A screenshot of Abou Walid Al Sahraoui speaking in photograph from an undated propaganda aired by France24 television.

Qui était Adnan Abou Walid al-Sahraoui ?

Dirigeant jihadiste de premier plan au Sahel, Lehbib Ould Ali Ould Saïd Ould Joumani, qui avait pour nom de guerre Adnan Abou Walid al-Sahraoui, est né en 1973 à Laâyoune au Sahara occidental. Il a passé une partie de sa jeunesse en Algérie, notamment dans les camps de réfugiés de Tindouf et à l’université de Constantine, où il a étudié les sciences sociales. Il aurait été aussi membre du Front Polisario, le mouvement politico-militaire qui milite pour l’indépendance du Sahara occidental, avant de rejoindre le maquis jihadiste du nord du Mali vers 2010.

Cadre du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), il a participé, en 2012, à la conquête de vastes territoires du nord du Mali, dont plusieurs grandes villes, notamment Gao où il figurait parmi les dirigeants les plus importants de la ville lors de son occupation.…  Seguir leyendo »

In this file photo taken on 18 September 2020 Colonel Assimi Goita (C), president of the CNSP (National Committee for the Salvation of the People), arrives at the funeral of former Mali President General Moussa Traore in Bamako. MICHELE CATTANI / AFP

Que sait-on de ce coup d’Etat au Mali, le second en neuf mois ?

Le lundi 24 mai, le président de la transition Bah N’Daw, son Premier ministre Moctar Ouane et quelques autres responsables maliens ont été arrêtés et conduits au camp militaire de Kati, près de Bamako. Cette arrestation a été décidée peu après la nomination d’un nouveau gouvernement, dont la composition a été âprement négociée pendant plus d’une semaine mais dans lequel ne figuraient plus les colonels Sadio Camara et Modibo Koné, respectivement ministres de la Défense et de la Sécurité. Ces deux officiers de la garde nationale sont aussi membres dirigeants de l’ex-Comité National de Salut du Peuple (CNSP), le groupe à l’origine du coup d’État du 18 août 2020 et officiellement dissous en janvier 2021.…  Seguir leyendo »

Membre des forces de sécurité dans le désert de l'Aïr, région d'Agadez, Niger, février 2019. CRISISGROUP/Julie David de Lossy

Le 13 janvier à Pau, le président Macron et ses homologues du G5-Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) discuteront de la situation dans le Sahel en présence du secrétaire général des Nations unies, du président de la commission de l’Union Africaine et du chef de la diplomatie européenne. Sauf surprise, cette réunion de haut niveau devrait se contenter de réaffirmer l’engagement des différents pays à lutter ensemble contre le terrorisme jihadiste qui gagne tant de terrain au Sahel. Pourtant, face à l’ampleur des insurrections, les opérations militaires menées par la France et les pays sahéliens ne peuvent constituer une réponse suffisante tant qu’elles n’appuient pas une réponse politique claire qui continue de faire défaut.…  Seguir leyendo »

Que s’est-il passé?

Le 23 mars 2019 – alors même que le Conseil de sécurité des Nations unies entamait une visite officielle au Mali – une centaine d’hommes en armes ont attaqué le village d’Ogossagou-Peul, situé à une douzaine de kilomètres de la ville de Bankass (30 000 habitants), dans le centre du pays. Ils ont massacré, sans distinction de sexe ou d’âge, les villageois appartenant quasi exclusivement à la communauté peul – qui compte de nombreux éleveurs mais aussi des agriculteurs sédentarisés. La Mission des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) fait état d’au moins 134 victimes civiles.…  Seguir leyendo »

Nigerien service members react to contact during Exercise Flintlock 2017 in Diffa including African, European and North American Special Operations Forces, Niger, March 2017. Zayid Ballesteros (The appearance of U.S. Department of Defense (DoD) visual information does not imply or constitute DoD endorsement.)

What happened and where?

According to U.S. and Nigerien security sources, on 4 October 2017 a mixed patrol of U.S. and Nigerien special forces was ambushed near Tongo Tongo, a village located in the Tillabery region (about 120km north of the capital, Niamey), a few kilometres from the border with Mali. The precise death toll is still uncertain but at least five Nigerien and three U.S. soldiers were killed. Several others are wounded or missing, and Nigerien sources say the patrol’s vehicles were looted or destroyed.

The patrol may have been attacked by jihadists operating in the region, but there was no early claim of responsibility and what happened may only become clear over time.…  Seguir leyendo »

Armed jihadist groups have developed a dangerous new strategy after being chased out of most major towns they once held in Africa’s Sahel, the vast expanse of arid, sparsely populated brushland that crosses the continent along the southern edge of the Sahara desert.

Rather than trying to hold towns or urban districts, these groups – which include al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM), Boko Haram, the Macina Liberation Front (FLM) and al-Murabitoun – are using bases in the countryside to strike at provincial and district centres, often forcing national armies to retreat and local state authorities to abandon immense rural areas to jihadist control.…  Seguir leyendo »

A displaced malnourished mother and her children sit on the ground waiting for food in Bama's camp for internally displaced people (IDP), Borno State, northeastern Nigeria, 30 June 2016. AFP/STRINGER

Children are dying in Bama, a town in Borno state, north-east Nigeria, suffering from lack of food, clean water and medical care. They are the most tragic manifestation of the humanitarian fallout of the Boko Haram insurgency and the state response to it, a crisis that now impacts the lives of millions. The insurgency itself, the aggressive military response to it, and the lack of effective assistance, both national and international, to those caught up in the conflict threaten to create an endless cycle of violence and depredation. Unless efforts to contain and roll back the current crisis are quickly scaled-up, peace is likely to remain a distant prospect in this region of Nigeria.…  Seguir leyendo »

L’attaque de Boko Haram le 3 juin 2016 contre la ville nigérienne de Bosso, au bord du lac Tchad, a confirmé la résilience du mouvement insurrectionnel et mis au jour les fragilités du dispositif militaire nigérien. Les autorités nigériennes ont officiellement confirmé la perte de vingt-six militaires. Mais l’attaque de Bosso permet aussi de remobiliser les forces régionales qui affirment vouloir porter un coup décisif à Boko Haram.

Une opération majeure de la Force multinationale mixte (FMM), retardée depuis plusieurs mois, est annoncée comme imminente. Cependant, pour réduire durablement le phénomène Boko Haram, le Niger et ses partenaires dans la sous-région et au-delà devraient se garder de certaines confusions dangereuses quant aux cibles à choisir et aux moyens à employer.…  Seguir leyendo »

Dimanche 21 février 2016, les Nigériens se rendront aux urnes pour élire leur prochain dirigeant et devront choisir entre l’actuel président Mahamadou Issoufou et 14 autres candidats. L’élection d’Issoufou en 2011 avait mis un terme à une transition démocratique relativement pacifique suite au coup d’État militaire de 2010. Sa victoire, obtenue grâce à une alliance au second tour avec d’autres ténors de la scène politique nigérienne, avait suscité une vague d’optimisme dans le pays et restauré la confiance des principaux partenaires du Niger.

Longtemps figure de l’opposition, à la tête d’un parti de militants, Issoufou s’est fait élire sur la base d’un projet ambitieux, le programme de la Renaissance, qui suscitait l’espoir de la population en promettant développement économique, fin de l’insécurité alimentaire et lutte contre la corruption et l’impunité.…  Seguir leyendo »

After months of shuttle diplomacy, the Coordination of Movements for Azawad (CMA), the main rebel coalition in northern Mali, officially signed a peace agreement in Bamako on 20 June. The Mali government and the Algiers Platform, a coalition of pro-government armed groups, had already signed the deal in May. All the protagonists involved in peace talks in Algiers have officially endorsed it.

This is a welcome development for Mali and a great relief for the Algerian-led international mediation. However, after previous agreements failed to restore peace in 1992 and 2006, there are reasons to remain cautious. Three stand out.

First, the CMA – an alliance of Tuareg and Arab-led rebels – signed the agreement under huge international pressure.…  Seguir leyendo »

L’ouverture des négociations entre le gouvernement malien et les mouvements politico- militaires du Nord Mali le 1er septembre 2014 à Alger laissait espérer un processus de retour durable à la paix. Conduites par la diplomatie algérienne, qui a pris la tête d’une équipe de médiation internationale, les discussions réunissaient pour la première fois depuis juin 2013 la plupart des acteurs du conflit autour de la même table. Mais à l’issue d’une première phase de négociation courte et plutôt décevante, la médiation internationale a remis aux parties maliennes un document présentant les « éléments pour un accord pour la paix et la réconciliation au Mali », qui apparaît comme le squelette déjà bien avancé d’un futur accord de paix.…  Seguir leyendo »