Jean-Joseph Boillot

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de enero de 2008. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

«Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.» L’aphorisme de notre grand Bossuet illustre assez bien ce qu’il se passe dans la France profonde qui se moque des cris d’orfraies parisiens en ces temps caniculaires. Or c’est dans des millions de petits gestes citoyens que se joue en réalité la victoire contre l’effondrement écologique. C’est un peu ce que m’inspire l’épisode de la veille dans un petit hameau de Normandie.

Tout commence par un après-midi caniculaire. Le maire, en voiture climatisée, s’arrête devant une belle haie d’éléagnus. «Il faudrait la tailler, elle gêne la visibilité du carrefour», dit-il d’un air sévère.…  Seguir leyendo »

Le premier ministre indien Narendra Modi est arrivé triomphalement au pouvoir en 2014, mais une succession de revers électoraux en 2018 indique qu’il n’est plus assuré d’une réélection automatique en 2019. Le revirement du cycle politique est largement dû à un retournement du cycle économique, là où on attendait pourtant le moins un échec du premier ministre, tant son programme de réformes et son volontarisme lui avaient accordé la confiance des milieux d’affaires locaux comme étrangers, et d’une jeunesse minée par le sous-emploi.

Les « Modinomics » [mesures de Modi pour relancer l’économie indienne] reposaient fondamentalement sur un engagement fort pour faire sauter les deux goulets d’étranglement de l’économie indienne : d’une part des infrastructures extrêmement médiocres, d’autre part un environnement des affaires peu attractif.…  Seguir leyendo »

«On entend l’arbre qui tombe mais pas la forêt qui pousse.» Ce proverbe africain bien connu peut être rangé au musée. Désormais, la forêt tombe sous l’effet du changement climatique et ce sont les économistes qu’on n’entend pas. Alors que les climatologues retiennent de plus en plus sérieusement le troisième scénario mis sous le tapis de l’accord de Paris d’une augmentation de 3 à 4 °C de la température de la planète d’ici à 2025-2030, les économistes se sont plutôt passionnés en juin pour la montée à 2 % de l’inflation en Europe, ou pour le demi-point de croissance mondiale que pourrait coûter la guerre commerciale déclenchée par Trump.…  Seguir leyendo »

La COP 21 saura-t-elle écouter les voix de tous, ou comme souvent, n’entendra-t-elle les voix qu’au prorata des coalitions de puissances, comme le fait craindre l’entente Pékin-Washington actée en novembre 2014 ? L’Afrique, divisée en 54 Etats, est beaucoup moins forte économiquement et politiquement que la Chine et l’Inde par exemple. Elle risque de ne pas être entendue malgré la mobilisation croissante de ses experts et de sa population. Est-il sage, par exemple, de lui imposer de faire une croix sur ses immenses richesses carbones encore loin d’être exploitées, même si son potentiel en énergies renouvelables est considérable ?

En 2100 - horizon de toute politique climatique crédible - l’Afrique devrait compter 4,2 milliards d’habitants.…  Seguir leyendo »