Jean-Marc Daniel

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Les dirigeants politiques justifient souvent les dérives des comptes publics en distinguant une « bonne dette », qui finance les investissements et prépare l’avenir et la croissance, d’« une mauvaise dette », qui finance le fonctionnement et sacrifierait plus ou moins l’avenir au présent. Or le salaire d’un chercheur, dont le travail débouche sur du progrès technique et donc de la croissance potentielle, correspond à du fonctionnement, alors que la construction d’un pont ne menant nulle part est un investissement…

Pour l’économiste américain Richard Musgrave (1910-2007), le rôle de l’Etat est de répondre aux attentes de la population en termes de répartition des revenus, de gestion des externalités et de régulation de la croissance par le lissage du cycle économique.…  Seguir leyendo »

Régulièrement, le débat économique s’enrichit d’échanges autour de poncifs mondains dont l’avantage pour nos dirigeants et l’inconvénient pour nos économies sont de masquer la réalité. Le dernier thème jouant ce rôle est celui de la déflation.

Le mot est à juste titre connoté de façon négative. Il l’est néanmoins à ce point que, quand on baisse les salaires au nom de la notion fumeuse de compétitivité, on emploie l’expression de « dévaluation interne ». La dévaluation, qui naguère était la honte des décideurs et la punition des erreurs économiques, est étrangement devenue une sorte de panacée désormais impossible du fait de l’existence de l’euro, et plus généralement du fait d’un système monétaire organisé en changes flottants.…  Seguir leyendo »

Décerné depuis quarante ans, le Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, généralement appelé prix Nobel d’économie, paraît déjà vieux au point que certains n’hésitent pas à réclamer sa mort. Déconsidérés par leur incapacité à prédire la crise, les économistes, qui prétendirent avoir droit à un Nobel par proximité de leur méthode avec celle des physiciens, seraient plus proches du Nobel de littérature tant le monde qu’ils décrivent serait imaginaire.

Le procès des économistes est récurrent. Bien que la crise actuelle conduise à les solliciter comme jamais, le verdict est sans appel : condamnation à sarcasme à perpétuité.…  Seguir leyendo »