José Garçon

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de Julio de 2008. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Le face-à-face est vertigineux. Depuis dix mois, ce ne sont pas un pouvoir et une opposition qui se confrontent en Algérie mais deux époques, deux mondes. Le premier se confond avec le haut commandement d’une armée qui dirige le pays depuis l’indépendance, en 1962. Habité par une vision archaïque, bureaucratique et sécuritaire, retranché dans ses villas et ses voitures blindées, il est totalement déconnecté du second : la majorité d’une société et une jeunesse ouverte sur le monde, résolument ancrée dans le XXIsiècle. Le dynamisme et la créativité de la contestation, le hirak (le « mouvement »), sont, en effet, à l’opposé de l’immobilisme d’un système qui régente le pays selon une logique qui ne vise qu’à durer, quel qu’en soit le prix.…  Seguir leyendo »

Cinq mois après le début d’un soulèvement dont le pacifisme, la détermination et la maturité ne se démentent pas – en témoigne l’immense manifestation du 5 juillet, date coïncidant avec l’anniversaire de l’indépendance du pays –, l’Algérie est dans l’impasse.

Alors que le mandat du chef de l’Etat par intérim Abdelkader Bensalah a expiré le 9 juillet, le commandement militaire s’obstine à répondre à l’exigence populaire d’un changement de système en tentant d’en imposer un replâtrage pour ne pas renoncer à la domination qu’il exerce depuis 1962.

Les contestataires peuvent pourtant se prévaloir d’au moins trois acquis majeurs. Malgré leurs divergences, ils ont résisté aux provocations qui cherchent à les diviser en réinstaurant les clivages idéologiques et identitaires, la dernière en date visant à bannir les drapeaux berbères !…  Seguir leyendo »