Julia Cagé

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Mardi, alors que les premiers bureaux de vote (non anticipé) s’apprêtaient à ouvrir aux Etats-Unis, les grands médias américains, à commencer par le baromètre de prévision du New York Times, donnaient plus de 85 % de chance pour qu’Hillary Clinton soit gagnante. C’est d’ailleurs le score qu’elle a réalisé à Manhattan et à San Francisco.

Et pourtant. Petit à petit, la victoire de Donald Trump est devenue de plus en plus probable, puis certaine. Jusqu’au résultat que l’on connaît. Un coup de massue dont on peut espérer qu’il vienne secouer l’entre-soi qui caractérise l’élite médiatique, politique, mais également académique des deux côtés de l’Atlantique.…  Seguir leyendo »

Les dix-sept pays de la zone euro sont parvenus à finaliser lors du sommet européen du 21 juillet un accord de grande ampleur sur le sauvetage de la Grèce.

En reconnaissant le “défaut sélectif”, c’est-à-dire partiel et temporaire, de la Grèce sur sa dette, et en lui accordant un nouveau plan d’aide de 160 milliards d’euros, les Etats européens ont opté pour le seul choix possible : celui d’un allégement significatif du fardeau de la dette grecque à court et moyen terme.

Un dispositif “à trois étages” est mis en place :

Un renforcement des dispositifs d’urgence du Fonds européen de stabilité financière avec un allongement de la maturité de ses prêts et un abaissement de ses taux.…  Seguir leyendo »

L’Europe ne sortira-t-elle donc jamais de la crise de sa dette souveraine ? La Grèce est à nouveau au bord du gouffre et l’Europe vacille. Alors que débutent ce lundi des discussions décisives pour déterminer les conditions d’une nouvelle aide d’urgence qui pourrait atteindre 60 milliards en faveur de la Grèce, l’Europe continue à rechercher une solution durable.

On pensait la Grèce à peu près sauvée du pire après l’aide d’urgence de 110 milliards d’euros octroyée par les Européens et le FMI en 2010 en échange d’une cure d’austérité extrêmement sévère pour réduire ses déficits, associant privatisations (pour 50 milliards d’euros), coupes budgétaires (pour près de 6,4 milliards) et hausses d’impôts.…  Seguir leyendo »