Laurent Chamontin

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de Julio de 2008. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

La levée des sanctions infligées à la Russie en réponse à son intervention en Ukraine a acquis le dangereux statut de sujet frivole – un thème sur lequel un candidat à la présidentielle peut dire tout ce qui lui passe par la tête, dans le seul but d’accrocher la une des journaux. Or la sécurité des Français est en jeu, même s’ils n’en sont pas convaincus. Croire que tous nos problèmes futurs seront au Moyen-Orient parce que nos problèmes actuels s’y trouvent, c’est céder à la tentation de chercher l’avenir dans le rétroviseur plutôt que dans le pare-brise.

Imaginons un monde, que l’élection de Donald Trump rend vraisemblable, où les Occidentaux feraient une croix sur les évènements survenus en Géorgie et en Ukraine depuis 2008 ; ils concèderaient à Vladimir Poutine une « zone d’influence » qui couvrirait l’ex-URSS, et supprimeraient les sanctions pour s’adonner à de juteuses affaires.…  Seguir leyendo »

A Kiev, une exposition d’armes et d’engins de défense. © SERGEI SUPINSKY

La réaction russe en Ukraine serait le résultat d’une incursion des Occidentaux dans le pré carré du Kremlin, selon une conception répandue. À la condamnation de cette «faute», s’ajoute l’indifférence pour un conflit perçu comme lointain. Le tout débouche sur la tentation d’abandonner la Crimée, d’oublier le Donbass et de passer à des questions «plus importantes» – par exemple la crise des migrants.

Le rôle de l’Ukraine

Le problème de cette grille de lecture est qu’elle passe sous silence le rôle du principal protagoniste – l’Ukraine, plus vaste pays du continent hors Russie, peuplé de 45 millions d’habitants.

Par ailleurs, elle sous-estime gravement le risque que court l’Europe: celui de la déstabilisation liée à l’absence d’une perspective de modernisation qui mette fin au marasme post-soviétique, en Russie comme en Ukraine.…  Seguir leyendo »