Léo Kaneman

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

«Pour éviter une misère généralisée et une perte catastrophique de la biodiversité, 15 000 scientifiques poussent un cri d’alarme», écrivait Le Monde le 14 novembre dernier. Les répercussions de cette catastrophe annoncée sont de mauvais augure pour les droits humains. On observe déjà des conséquences de ce réchauffement climatique: d’ici 2080, entre deux cents et six cents millions de personnes souffriront de la faim et du manque d’eau, selon le GIEC. D’ici 2050 environ, deux cent cinquante millions de personnes devront migrer à cause du réchauffement du climat (inondations, cyclones, montée des mers, sécheresse, conflits).

Nous devons arrêter cet enchaînement terrifiant.…  Seguir leyendo »

Agir pour Alep sinon il ne restera bientôt, dans cette ville, que les dépouilles de ses habitants qui n’auront pas pu se protéger. Selon «Médecins du monde», les quartiers Est de la ville subissent des bombardements incessants et dévastateurs, des centaines de civils syriens sont assassinés par les bombardiers russes.

Ces bombardements extrêmes infligés à la population des quartiers rebelles de la ville d’Alep sont en grande partie le résultat de la prédominance, dans la diplomatie, de la realpolitik, dont l’un des avatars est le renoncement du président américain à intervenir contre les attaques chimiques de l’armée syrienne.

La parole des grandes démocraties dévaluée

Ainsi, la parole des grandes démocraties a-t-elle été dévaluée et Poutine s’est-il senti encouragé. …  Seguir leyendo »

«Les réfugiés, l’affaiblissement des pays arabes, Daesh et la menace de guerre entre Sunnites et Chiites occupent le monde – et pendant ce temps la politique israélienne, profitant de ne plus être en ligne de mire, prend de plus en plus d’initiatives qui vont à l’encontre des droits humains. Pour faire écho à cette sinistre ambiance, quelques jeunes colons radicalisés qui n’ont rien à envier à l’état d’esprit des djihadistes, ont poignardé sauvagement, lors d’un mariage, la photo du petit Ali Dawabsheh, le bébé brûlé par des terroristes israéliens.

Les récentes déclarations et les initiatives prises à l’encontre des ONG qui luttent pour les droits humains en Israël et dans les territoires palestiniens illustrent ce climat politique délétère.…  Seguir leyendo »

«Ils l’ont bien cherché» affirmaient ceux qui ne voulaient pas être «Charlie», étiquetés blasphémateurs. Que disent-ils maintenant? La musique au Bataclan était trop forte? Non, Le 13 novembre à Paris, l’objectif prioritaire des terroristes était d’assassiner indistinctement les personnes profitant de la liberté, de la culture, de notre mode de vie. Pour l’Etat Islamique, qu’ils soient Charlie, musulmans, juifs ou chrétiens, ce sont tous des citoyens français qui se vautrent dans le péché.

Par ces actes, l’Etat Islamique sème la terreur: décapitations, meurtres en direct, attentats suicides… Les actes terroristes sont une abjection et c’est dans les termes les plus vifs que nous nous devons de les condamner et les éradiquer.…  Seguir leyendo »

Depuis des décennies, un très grand nombre de conventions et de pactes en faveur des droits humains ont été inscrits dans les normes internationales. Mais avec la possibilité ou non pour les Etats d’y déroger dans des circonstances exceptionnelles. Découlant directement des principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme, ces règles ne sont pas contraignantes. Il semble que les révolutions en Tunisie, en Egypte et en Libye qui ont imposé radicalement le respect des droits humains ont influencé le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. La majorité des Etats qui le composent avait une fâcheuse tendance à vider de leur substance les principes qu’il est censé promouvoir.…  Seguir leyendo »

Un peu plus d’un an après la célébration en grande pompe du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), les temps ne sont pas à la fête. La résolution «contre la diffamation des religions», adoptée le 27 mars 2008 par le Conseil des droits de l’homme, en est peut-être l’exemple le plus frappant. L’adoption de cette résolution est emblématique d’une dérive dangereuse du Conseil qui tend à vider de leur substance les principes qu’il est censé promouvoir.

Elle pose par ailleurs la question de la menace et de la relativisation des principes adoptés par la déclaration au sein même de cette institution fondamentale, créée à juste titre pour le respect et la défense des droits humains, des normes universellement adoptées.…  Seguir leyendo »