Manon Schick

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de abril de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Difficile de se reconstruire quand le gouvernement nie les crimes qu’il a commis contre ses proches. Au Sri Lanka, deux versions de la vérité s’affrontent: celle des Tamouls, parmi lesquels 70 000 civils auraient été tués lors de l’écrasement de la rébellion il y a quatre ans, et celle des autorités sri lankaises, qui refusent toute enquête internationale et tentent d’enfermer ces crimes de guerre sous une chape de plomb.

Pour le gouvernement sri lankais, tous les moyens sont bons pour faire taire les voix discordantes. Y compris à Genève: la mission du Sri Lanka a tenté en février de cette année de faire interdire la diffusion d’un documentaire au Palais des Nations.…  Seguir leyendo »