Mego Terzian

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

En août, Médecins sans frontières (MSF) a pu faire parvenir un dernier convoi d’aide médicale aux hôpitaux d’Alep Est. Depuis, le siège de la ville a été continu. Ce n’est que par Skype et téléphone que nos équipes perçoivent la réalité du personnel médical syrien. Ces derniers mois, les médecins nous ont raconté les pénuries, les difficultés à soigner sous les bombes. Depuis quelques jours, ils nous parlent aussi de la terreur que leur inspire leur sort immédiat, la peur des représailles pour avoir voulu soigner en zone rebelle, leur volonté d’être évacué.

Dans les derniers soubresauts de la reconquête d’Alep à tout prix, il faut continuer à exiger des belligérants qu’ils permettent aux civils de fuir sans risquer leur vie.…  Seguir leyendo »

Le bilan précis des destructions matérielles et des dommages physiques endurés par la population de Gaza reste à établir, mais les ordres de grandeur sont connus : environ 10 000 blessés, dont une partie significative aura besoin de traitements médicaux et chirurgicaux suivis, alors même que la moitié des hôpitaux ont été endommagés, voire détruits pour certains.

Plus de 15 000 habitations où logeaient 100 000 personnes sont inutilisables, partiellement ou totalement effondrées, des quartiers entiers sont impraticables, bloqués par l’amoncellement de gravats évoquant les dégâts d’un tremblement de terre. Les dommages causés à plusieurs dizaines d’écoles hypothèquent la scolarisation des enfants.…  Seguir leyendo »

Alors que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se rend ce jour en République centrafricaine, malgré la présence de forces armées internationales, combats et représailles intercommunautaires continuent à faire de nombreux morts, blessés et déplacés, en particulier dans l’ouest du pays. Nous assistons à un exode massif des populations musulmanes, départs organisés ou spontanés vers le nord-est du pays, le Tchad ou le Cameroun. Plusieurs dizaines de milliers de personnes, issues d’une communauté minoritaire, paient collectivement le prix des exactions commises par les combattants ex-Sélékas après leur arrivée au pouvoir, en mars 2013. Cette éviction, par la peur ou le massacre, est mise en œuvre par des milices parfois décidées à «finir le travail».…  Seguir leyendo »