Olivier Dabène

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de Septiembre de 2008. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

La fièvre de mars 2013 retombée, loin des unes de journaux et des plateaux de télévision où les approximations succèdent aux caricatures, le chavisme s’apprête à devenir un fascinant objet de recherche. Comme le péronisme pour l’Argentine, il sera sans doute à l’origine de la reconstruction des sciences sociales au Venezuela. Les Argentins n’en finissent pas depuis cinquante ans de réinterpréter le péronisme. Les Vénézuéliens débattront longtemps pour trouver les clés de compréhension du tsunami qui a tout emporté de leur vie politique depuis quinze ans. Et, comme les Argentins, il leur faudra lutter contre les effets déformants du mythe qui est déjà en train de naître.…  Seguir leyendo »

Dans le paysage déjà très encombré du régionalisme latino-américain1, le dernier né des accords, la Communauté d’Etats latino-américains et caribéens (Celac), saura-t-il trouver sa place ? Les commentaires les plus divers ont accompagné le sommet de Caracas (2 et 3 décembre 2011) qui a officialisé sa naissance. D’aucuns voient dans la Celac un substitut à l’Organisation d’Etats américains (OEA), devant permettre à l’Amérique latine de se débarrasser enfin de la tutelle humiliante des Etats-Unis sur les affaires politiques de la région. Le président vénézuélien Hugo Chávez, relayé par ses alliés au sein de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA), a tenu des propos très offensifs donnant à penser que la Celac allait se convertir en instrument de lutte anti-impérialiste.…  Seguir leyendo »

Le Brésil vit un rêve éveillé. Les superlatifs manquent pour décrire la relation fusionnelle qu’entretiennent les Brésiliens avec leur président Lula. A tel point que l’on se demande si le pays saura se passer de lui. Dilma Rousseff, qui lui succédera en janvier 2011, s’emploiera certes à poursuivre l’oeuvre de son mentor, mais sans soulever l’enthousiasme. Le bilan des huit années de présidence de Lula apparaît pourtant en demi-teinte.

Sur le plan économique, là où on ne l’attendait pas, il est excellent. Au regard de son passé de dirigeant syndical pendant la dictature militaire et de fondateur du Parti des travailleurs (PT) trois fois candidat malheureux à l’élection présidentielle (1989, 1994, 1998), Luiz Inacio da Silva, dit Lula, se présente aux élections de 2002 avec un discours modéré, instruit par ses défaites.…  Seguir leyendo »