Olivier Lepick

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de abril de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

La diplomatie russe vient peut-être de bouleverser l’agenda du dossier chimique syrien. Elle s’est engouffrée, lundi 9 septembre, dans ce que certains qualifient déjà, à Paris et à Washington, de “bourde” de John Kerry, le secrétaire d’Etat américain, qui, répondant à la question d’un journaliste britannique, a affirmé que la Syrie pourrait éviter des frappes en plaçant son arsenal chimique sous contrôle international.

La proposition russe d’engager le désarmement, aussitôt favorablement accueillie par Damas qui, il y a quelques jours encore, ne reconnaissait officiellement pas la possession d’un programme chimique militaire, est particulièrement habile dans la mesure où elle revêt en apparence, mais en apparence seulement, les oripeaux du bon sens et de la raison.…  Seguir leyendo »