Patrick Moreau

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de febrero de 2008. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

On apprenait il y a quelques jours qu’à la suite de l’émeute du Capitole plusieurs médias sociaux, dont Facebook et Twitter, suspendaient les comptes de Donald Trump. Bien sûr, on ne peut que se réjouir de cette entrave imposée au pouvoir de nuisance de l’occupant en sursis de la Maison-Blanche qui abuse de sa position pour jouer les incendiaires et menacer les institutions politiques de son propre pays.

Il ne faudrait pas toutefois que l’arbre cache la forêt. L’arbre, c’est Trump, et les Américains seront fort heureusement débarrassés très bientôt — et on l’espère, définitivement — de ce leader nocif ; la forêt, ce sont lesdits médias sociaux, qui, eux, vont rester.…  Seguir leyendo »

On apprenait récemment que la mairesse de Longueuil et plusieurs de ses conseillers municipaux avaient reçu des menaces de mort en lien avec la décision débattue au conseil d’abattre plusieurs cerfs de Virginie dans un parc de la ville. Quelques semaines auparavant, nous avions déjà pris connaissance du fait que Verushka Lieutenant-Duval et plusieurs des 34 signataires d’une lettre de soutien à son endroit étaient eux aussi l’objet de menaces sérieuses sur les réseaux sociaux, au point que certains d’entre eux affirmaient craindre pour la sécurité de leurs familles. Un peu plus tôt, c’était une coiffeuse atteinte de la COVID-19, qui l’avait transmise en toute inconscience et avant d’être diagnostiquée à quelques-uns de ses clients hébergés en CHSLD, qui se voyait harcelée et menacée.…  Seguir leyendo »

Les limites de la liberté d’expression

Interrogé, à la suite de l’horrible assassinat du professeur français Samuel Paty, sur la republication en France des caricatures de Mahomet, Justin Trudeau a estimé que la liberté d’expression « n’est pas sans limites » et « qu’on n’a pas le droit par exemple de crier “au feu” dans un cinéma bondé ».

Outre que cet exemple choisi par le premier ministre du Canada constitue un sophisme, ainsi que le soulignait tout récemment le professeur de philosophie Jean-Sébastien Bélanger, on pourrait ajouter qu’il en faisait usage à contre-emploi. Aux États-Unis, en effet, l’exemple du cinéma bondé est invoqué en règle générale pour défendre une liberté d’expression (qui est très large au pays de l’oncle Sam et constitutionnellement garantie) en évoquant le principe selon lequel elle ne peut être limitée que dans des cas de force majeure qui demeurent tout à fait exceptionnels.…  Seguir leyendo »