Philippe Lançon

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

A la fin du XIXe siècle, l’écrivain cubain José Martí, en exil à New York, écrit une phrase célèbre de la littérature hispanique : «J’ai vécu dans le monstre et j’en connais les entrailles.» Le monstre, c’est les Etats-Unis. Martí meurt de retour dans l’île en 1895, stupidement tué par une balle pendant une bataille de la guerre d’Indépendance : Jonas ne sort pas impunément du cercle de la lampe et de la baleine étoilée. Trois ans plus tard, l’île est délivrée de l’Espagne. Cette liberté, acquise par la lutte d’un peuple et de ses intellectuels, est aussitôt confisquée par les Etats-Unis.…  Seguir leyendo »

Le monstre nord-américain est, pour l’Amérique latine et pour cette grande tête de pont qu’est Cuba, à 90 miles de Key West, un animal double : attirant et repoussant, accueillant et oppressant. Il représente la démocratie, la liberté, la modernité, la puissance, l’enrichissement possible, l’individualisme conquérant, une spiritualité intense grâce à ses écrivains et philosophes. Il représente aussi la toute-puissance, les soutiens aux dictateurs, le colonialisme économique, le puritanisme hypocrite, la solitude motorisée, un mode de vie d’un ennui abyssal, la corruption et l’avilissement de valeurs que par ailleurs il propage et symbolise. William Morgan, le seul Américain qui devint commandant révolutionnaire (et que Fidel Castro fit exécuter en 1961), a résumé la contradiction par une question : «Pourquoi soutenons-nous ceux qui détruisent dans d’autres contrées des idéaux qui nous sont si chers ?…  Seguir leyendo »