Pierre Haroche

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Pendant la guerre froide, la vie politique de l’Europe de l’Ouest était une arène de rivalité entre l’URSS et les Etats-Unis. Chaque supergrand cherchait à assurer son influence en soutenant politiquement et financièrement des partis politiques opposés. Les Soviétiques pouvaient compter sur le relais des partis communistes, particulièrement puissants en France et en Italie. De son côté, la CIA finançait partis, journaux et syndicats anticommunistes. Les élections italiennes étaient l’occasion de surenchères entre Russes et Américains pour le financement des campagnes de leurs alliés. Cette situation était désolante pour les Européens, qui voyaient leurs élections manipulées par des puissances étrangères. Cependant, par leurs influences contraires, l’URSS et les Etats-Unis se neutralisaient mutuellement.…  Seguir leyendo »

Le référendum du 23 juin ne va probablement pas modifier radicalement la position du Royaume-Uni en Europe. En tant que membres, les Britanniques avaient déjà un statut à part, bénéficiant de multiples exemptions. Et même en dehors, le Royaume-Uni restera lié à l’Union et à certaines de ses politiques. En définitive, la différence entre un membre distant et un non-membre associé ressemblera à la différence entre le verre à moitié plein et le verre à moitié vide…

Cependant, le vote du 23 juin pose aussi la question du rapport entre les élites européennes et les peuples. Depuis une dizaine d’années, l’Union a «perdu» la quasi-totalité des référendums organisés à son sujet.…  Seguir leyendo »

Les accords de Minsk 2 signés le 12 février réaffirment le «plein respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine» tout en entérinant de fait les conquêtes territoriales des séparatistes prorusses. De façon générale, depuis un an, l’intégrité de l’Ukraine semble d’autant plus affirmée dans les déclarations officielles qu’elle s’efface sur le terrain. Si cette scission, qui ne dit pas son nom, devait s’avérer durable, elle appellerait immanquablement une comparaison historique : la séparation progressive de l’Allemagne en deux, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

L’annexion de la Crimée avait, en son temps, suscité de vifs débats quant à l’opportunité de la comparaison avec la crise des Sudètes de 1938.…  Seguir leyendo »