Pierre-Noël Giraud

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de enero de 2008. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Le très controversé projet de mines de charbon de Carmichael, au Queensland, (Australie) [autorisé mi-juin par l’Etat du Queensland], opéré par la société indienne Adani, prévoit une production de 25 millions de tonnes par an, pouvant évoluer à 60 millions de tonnes, exportées vers les centrales électriques indiennes, qui émettront ainsi 150 millions de tonnes de CO2 par an. Soit 0,3 % des émissions mondiales et 5 % de celles de l’Inde. On craint, par ailleurs, de nombreuses pollutions des sols et des eaux locales, ainsi que de la Grande Barrière de corail, toute proche.

Qui est responsable de ces pollutions ?…  Seguir leyendo »

Dans les pays développés, mais en passe d’être rattrapés par les émergents, la mondialisation a engendré un nombre croissant d’hommes « inutiles » : sans-emploi, chômeurs, précaires, intermittents, travailleurs pauvres. Beaucoup d’entre eux sont sensibles aux discours xénophobes, protectionnistes, identitaires, racistes, anti-élite. Ils adhèrent aux slogans « Faisons revenir nos emplois ! » ou « Expulsons les migrants »… L’inutilité croissante est l’une des causes majeures du Brexit, de la victoire de Donald Trump et de la montée des partis xénophobes en Europe.

Un recentrage des économies par grands blocs et la reprise du pouvoir par les Etats pour réduire les effets inégalitaires de la mondialisation est désormais une option politique partout ouverte.…  Seguir leyendo »

La proposition de revenu universel soulève, au-delà des débats techniques sur la nécessaire réforme des systèmes de protection sociale, deux questions politiques de première importance : le capitalisme peut-il s’approcher de l’idéal communiste : « à chacun selon ses besoins, de chacun selon ses capacités », là où le socialisme marxiste-léniniste a échoué ? Quelle conception avons-nous d’une « société juste » ?

Le revenu universel réaliserait tout d’abord une version faible du premier volet de l’idéal communiste. Non pas « à chacun selon ses besoins », mais « à chacun un revenu minimum qui permet de survivre ». Ce revenu assuré, le succès de la mesure résulterait en vérité d’un audacieux pari sur le second volet : « de chacun selon ses capacités ».…  Seguir leyendo »