Pierre-Yves Geoffard

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

S’il est au moins un point partagé par l’ensemble des participants à la conférence de Copenhague, c’est qu’il reste peu de doute et peu de temps : le réchauffement climatique est bien dû à l’activité humaine, et des actions urgentes sont nécessaires pour réduire radicalement les émissions de CO2. Après des années de déni, même les Etats-Unis se sont rangés à ce constat désormais unanime. Copenhague sera donc, de ce point de vue, un moment unique dans l’histoire humaine : celui où toutes les nations reconnaissent qu’elles doivent agir de concert pour préserver l’avenir de l’humanité.

Hélas, cette unanimité sur le constat s’effondrera dès qu’il faudra s’entendre sur la manière d’y parvenir.…  Seguir leyendo »

Quel sera le coût de l’épidémie de la grippe mexicaine ? Et que faire pour tenter de le réduire ? A ces deux questions, l’analyse économique des épidémies apporte, sinon des réponses, du moins un cadre d’analyse qui permet de préciser les points essentiels. L’approche classique du coût des maladies se focalise sur deux éléments.

Tout d’abord, les coûts «directs» ceux des soins engagés pour traiter les personnes malades : consultations médicales, traitements médicamenteux, prise en charge hospitalière. Ces coûts dépendent du nombre de cas et de leur sévérité.

Ensuite, les coûts «indirects» induits par la maladie elle-même : pertes de productivité dues aux arrêts de travail ou à la mortalité prématurée et, plus difficiles à estimer, pertes de bien-être entraînées par la souffrance endurée par les personnes contaminées.…  Seguir leyendo »