Rinaldo Depagne

Este archivo solo abarca los artículos del autor incorporados a este sitio a partir el 1 de mayo de 2007. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Demonstrators gathering in Ouagadougou to show support to the military hold a picture of Lieutenant Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba the leader of the mutiny and of the Patriotic Movement for the Protection and the Restauration (MPSR) on 25 January 2022 Olympia DE MAISMONT / AFP

Que sait-on de ce coup d’Etat et de celui qui l’a mené?

La journée du 22 janvier 2022 a été marquée par de violentes manifestations à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso, les deux plus grandes agglomérations du pays, avec pour mot d’ordre le rétablissement de la sécurité. Ces mouvements de protestation ont été suivis, à l’aube du dimanche 23 janvier 2022, par des tirs dans plusieurs casernes militaires de Ouagadougou, notamment aux camps Sangoulé Lamizana et Baba Sy, ainsi que dans deux villes du nord, Kaya et Ouahigouya. Depuis le camp Sangoulé Lamizana, un groupe de soldats en colère a présenté une liste de six revendications, dont le remplacement du chef d’état-major et du directeur de l’Agence nationale de renseignement (ANR), jugés incompétents ou corrompus.…  Seguir leyendo »

Burkina Faso et Niger des élections à l’épreuve des insurrections

Dans quel contexte politique s’inscrivent ces élections?

Le Burkina Faso et le Niger, deux pays cruciaux pour la stabilité du Sahel central, se dirigent vers des élections présidentielles et législatives, respectivement les 22 novembre et 27 décembre 2020, alors que la sous-région traverse une période d’instabilité politique – marquée notamment par le coup d’État au Mali – et de violences insurrectionnelles. Si le vote devrait avoir lieu sans trop d’accrocs dans les capitales, il sera très certainement perturbé dans certaines zones rurales où la tenue des scrutins s’inscrit dans un contexte de tensions socioéconomiques et politiques et d’insécurité chronique. Les favoris des scrutins, le président burkinabè sortant Roch Marc Christian Kaboré et l’ancien ministre nigérien de l’Intérieur Bazoum Mohamed, semblent vouloir continuer à donner la priorité aux réponses sécuritaires.…  Seguir leyendo »

Burkinabé soldiers patrol the army's headquarters in Ouagadougou, Burkina Faso, on 3 March 2018, a day after dozens of people were killed in twin attacks on the French embassy and the country's military. AFP/Ahmed Ouoba

What do we know about the 2 March attacks in Ouagadougou?

The attacks represent an alarming escalation for Burkina Faso in terms of organisation, lethality of armaments and length of engagement. The attacks were claimed on 3 March by the Group to Support Muslims and Islam, known by its Arabic acronym JNIM, which is part of a wider coalition in the Sahel linked to al-Qaeda.

Operations were carried out by two groups of at least four to five assailants each. While the incidents were confined to the city center, they hit two symbolic targets at the heart of power in the country: the army headquarters and the French Embassy.…  Seguir leyendo »

Le 4 juin dernier, les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) étaient réunis à Dakar.

Signe des temps, l’ordre du jour de cette 49e conférence a réservé plus d’espace aux questions politiques qu’au débat sur le développement économique. En plus de l’examen de situations nationales dans des pays comme le Burkina Faso, le Mali ou la Guinée Bissau, l’organisation s’est surtout penchée sur des thèmes transnationaux comme la lutte contre le terrorisme ou les conflits liés aux activités pastorales, qui font désormais peser de nouvelles menaces sur la sécurité de l’Afrique de l’Ouest.…  Seguir leyendo »

Among the three principal politicians who have struggled for power in Côte d’Ivoire since 1995, President Alassane Ouattara, 73, is the only one still in the game and is most likely to win the presidential election on 25 October.

The significance of this election is not so much the electoral outcome – which seems to be a foregone conclusion – as much as the political choices that will result from a renewed Ouattara mandate. Without meaningful political, security and judicial reforms, Côte d’Ivoire could face yet another prolonged period of violence.

Such instability could be triggered by the next presidential election in 2020, which will likely be disputed strongly between a new generation of politicians who have grown up in war and crisis.…  Seguir leyendo »

Seul survivant politique parmi les trois hommes qui se disputent le pouvoir depuis 1995, Alassane Ouattara est favori pour remporter aisément l’élection présidentielle du 25 octobre.

Henri Konan Bédié, leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et ancien chef de l’État, a volontairement écarté son parti de la compétition pour faciliter la victoire du président sortant. Laurent Gbagbo, son adversaire en 2010, est en prison. Ses sept concurrents du moment n’ont ni l’envergure, ni le soutien d’un grand parti qui leur permettraient de gagner. L’enjeu n’est donc pas tant le résultat d’une élection à priori sans surprise que sa suite et les choix qu’effectuera le président Ouattara pour les cinq prochaines années s’il est réélu.…  Seguir leyendo »