Safet Kryemadhi

Este archivo solo abarca los artículos del autor incorporados a este sitio a partir el 1 de mayo de 2007. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

En Albanie, la petite cité de Burrel avait la sinistre réputation d'abriter une des plus terribles prisons de l'ancien régime communiste. Mais aujourd'hui c'est plutôt une "maison jaune" qui attire l'attention internationale vers ce petit coin de montagne hostile situé au nord du pays. Une rumeur insidieuse veut qu'en 1999 et 2000, dans cette "maison jaune", des prisonniers serbes et, pour faire bonne mesure, des Albanais soupçonnés de trahison, ont été torturés puis exécutés par des membres de l'Armée de libération du Kosovo (UCK) tandis que leurs corps étaient dépecés pour alimenter un trafic international d'organes.

L'accusation avait d'abord été lancée par Carla Del Ponte, ancienne procureure du Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie dans son livre La Traque.…  Seguir leyendo »

E di Rama comme les nazis. Ce titre grotesque à la "une" du quotidien Gazeta 55, comparant le maire de Tirana aux suppôts de Hitler, illustre l'absence de scrupules et la grandiloquence fielleuse de la presse partisane en Albanie. Il rend compte aussi du climat de guerre civile froide qui pèse sur ce pays depuis plusieurs mois. En contestant la transparence du dépouillement des urnes après les élections législatives du 28 juin 2009, l'opposition socialiste a ouvert une énième crise politique que les nombreuses médiations européennes n'ont pu solutionner à ce jour. Des députés et des militants socialistes ont ainsi mené une grève de la faim dans le centre de Tirana, mise en scène et dramatisée de telle sorte que son issue commanderait la sortie de l'impasse politique.…  Seguir leyendo »

Le sommet de l'OTAN à Bucarest, en avril, avait différé les candidatures de l'Ukraine et de la Géorgie à rejoindre le plan d'action préalable à l'adhésion. Plusieurs pays, menés par la France et l'Allemagne, inquiets de la réaction russe, s'étaient opposés à la volonté américaine favorable à Kiev et Tbilissi en invoquant la fragilité de ces nouvelles démocraties. Moscou avait en effet prévenu que l'entrée de ces deux pays dans l'Alliance euro-atlantique "serait une grande erreur stratégique qui aurait les conséquences les plus sérieuses pour la sécurité en Europe".

L'avertissement a pris la forme d'une guerre ouverte dont l'Ossétie du Sud est le prétexte et le déclencheur.…  Seguir leyendo »