Sarah Chiche

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Este es el texto completo del manifiesto publicado en ‘Le Monde’ por 100 artistas e intelectuales francesas, el pasado 9 de enero:

“La violación es un crimen. Pero el coqueteo insistente o torpe no es un delito, ni la galantería es una agresión machista. El caso Weinstein ha generado una concienciación legítima de las violencias sexuales contra las mujeres, particularmente en el ámbito profesional en el que algunos hombres abusan de su poder. Era necesario. Pero esta liberación de la voz de las mujeres se convierte hoy en su opuesto: ¡Nos ordenan a hablar como es debido, a silenciar lo que enoja, y aquellas que se niegan a cumplir con tales órdenes son consideradas como traidoras y cómplices!…  Seguir leyendo »

La polémique lancée par notre tribune me semble opposer deux idées de la liberté. Pour quantité de militantes féministes, que je respecte tout à fait, ce que nous appelons la « liberté d’importuner » ne doit jamais prendre le risque de traumatiser les faibles. La sécurité prime. Or, il y a une seconde sorte de liberté liée au risque d’offenser. Et c’est celle dont nous voulons rappeler les droits.

On nous a reproché une approche « bourgeoise » et « anarchiste » de cette liberté. Et, c’est vrai, elle est étroitement liée à la sensibilité de l’artiste au travail et paraît, à tort, très éloignée des préoccupations pratiques des femmes agressées sexuellement, etc.…  Seguir leyendo »

Dans une tribune au « Monde », un collectif de 100 femmes, dont Catherine Millet, Ingrid Caven et Catherine Deneuve, affirme son rejet d’un certain féminisme qui exprime une « haine des hommes ».


Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste.

A la suite de l’affaire Weinstein a eu lieu une légitime prise de conscience des violences sexuelles exercées sur les femmes, notamment dans le cadre professionnel, où certains hommes abusent de leur pouvoir. Elle était nécessaire. Mais cette libération de la parole se retourne aujourd’hui en son contraire : on nous intime de parler comme il faut, de taire ce qui fâche, et celles qui refusent de se plier à de telles injonctions sont regardées comme des traîtresses, des complices !…  Seguir leyendo »