Sélim Nassib

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de Marzo de 2008. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Manifestants et ambiance lors du rassemblement sous le signe « Dressons les Potences » sur la place des Martyrs, à Beyrouth, Liban, le 8 aout 2020, quatre jours après l’explosion survenue sur le port de la ville, à quelques centaines de mètres. Photo by Ammar Abd Rabbo PRODLIBE 2020-1134

Le premier choc passé, une rage invraisemblable a saisi les Libanais, une colère homérique devant l’incurie, la corruption, la négligence criminelle de «responsables» dont le comportement a conduit à la destruction de la moitié de Beyrouth. Rien ne les console, rien ne les apaise, ils pourraient étrangler ceux qui les gouvernent de leurs propres mains. La plutôt raisonnable Fifi Abou Dib, éditorialiste du quotidien francophone l’Orient-le Jour, demande «que les foules excédées préparent déjà les potences», le blogueur Samer Frangié suggère «que l’on ramasse les débris de verre qui jonchent les chaussées et qu’on les garde de côté pour, le jour venu, les jeter dans les tombes des responsables».…  Seguir leyendo »

Manifestation à Beyrouth, au Liban, le 18 octobre. Photo Stéphane Lagoutte. Myop

C’est une femme corpulente d’une cinquantaine d’années coiffée d’un bob aux couleurs du drapeau libanais qui se lève soudain dans ce restaurant huppé et entonne, au milieu de son déjeuner, l’hymne national. Je n’en reviens pas, les clients de toutes les tables se lèvent à leur tour, tous sans exception, et l’accompagnent à pleine voix. Nous sommes tous pour la patrie ! A peine ont-ils fini qu’ils lèvent le poing pour hurler le cri de ralliement du soulèvement libanais : «Killone yaani killone !» «Tous, ça veut dire tous !» – c’est la classe politique tout entière qui est sommée de dégager.…  Seguir leyendo »

Une fois le sentiment d’horreur passé, chacun est resté sous le coup d’une espèce de sidération incrédule devant l’irruption d’un autre monde dans le nôtre. On savait qu’il existait, ce monde, mais cantonné dans des pays lointains voués comme par nature à la guerre, Syrie, Irak, Pakistan, Afghanistan… En le voyant sévir dans nos rues et nos métros, nous avons soudain réalisé que nulle frontière ne nous séparait de lui.

Ceux qui ont ouvert le feu étaient nos semblables, nos frères et nos voisins, concitoyens formés dans les mêmes écoles et qui, hier encore, dansaient, draguaient et buvaient des bières avec nous.…  Seguir leyendo »

El decía que a Obama le sería difícil lograr la paz en Oriente Próximo porque el problema se ha vuelto muy complicado. Yo le respondí que no, que el problema es muy sencillo, el mundo entero conoce la solución, casi da vergüenza repetirla: la paz a cambio de los territorios, dos Estados que convivan uno junto a otro.

Me dijo: «Sí, pero ¿y Jerusalén, los refugiados palestinos de 1948, los asentamientos, el trazado de las fronteras?» Me quedé de una pieza. Le respondí que todo, absolutamente todo, se había discutido mil veces, párrafo por párrafo, con los mapas en la mano; los negociadores llegaron a hacer horas extraordinarias en Ginebra y todos los documentos están listos.…  Seguir leyendo »