Sylvain Kahn

Este archivo solo abarca los artículos del autor incorporados a este sitio a partir el 1 de mayo de 2007. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

La proposition franco-allemande d’un fonds de relance de 500 milliards d’euros se situe dans le sillage des décisions inédites prises par l’Union européenne (UE) face à la pandémie. Cependant, c’est moins le montant du plan qui fait date que sa logique : jusqu’à présent, il s’agissait surtout d’abaisser les contraintes et de permettre aux Etats de s’endetter plus facilement mais à leur propre risque. Deux bifurcations majeures apparaissent cette fois :

1. L’UE assume le choix de financer des politiques publiques ambitieuses par une décision politique rapide, en sortant du cadre étriqué des lignes budgétaires pluriannuelles. Elle le fait par son propre budget, qui sera alloué aux territoires et aux secteurs les plus touchés par la crise, indépendamment de la contribution de chaque Etat à ces recettes supplémentaires.…  Seguir leyendo »

Le changement social se manifeste souvent d’abord par ce dont on ne parle plus. Dans l’élection des députés au Parlement européen qui vient d’avoir lieu, ce dont on ne parle plus, c’est d’une éventuelle disparition ou même d’un affaiblissement de l’Union européenne. C’est sans doute la première fois que les citoyens européens ont voté pour élire leur Assemblée dans les conditions les plus proches d’une élection législative «normale» : des thèmes, des partis, des choix.

Cet événement est constitué par la combinaison de cinq traits majeurs :

1) Une participation en hausse notable (51 %, la meilleure depuis vingt ans) : l’Europe intéresse les Européens.…  Seguir leyendo »

Deux partis anti-système, le Mouvement 5 étoiles (M5S) et la Ligue, accèdent ensemble au pouvoir en Italie. Cette situation politique est si troublante et si neuve qu’il faut, pour la comprendre, se départir pour partie de nos repères intellectuels habituels.

Si la Ligue est un parti d’extrême droite, le M5S n’est pas ancré à gauche. Comparer le cas transalpin à ce que serait en France une alliance de gouvernement entre le Front national (FN) et La France insoumise (LFI) en brouille la compréhension. Sans utiliser un tel raccourci, même Gilles Ivaldi, dont les travaux sur les populismes en Europe sont si stimulants, ne résiste pas, dans ces colonnes (Le Monde du mercredi 23 mai), à la tentation de placer le M5S à gauche.…  Seguir leyendo »

Lors d'une manifestation pour l'indépendance à Barcelone, le 2 octobre. Photo Pierre-Philippe Marcou. AFP.

En septembre, après les discours d’Emmanuel Macron sur la Pnyx à Athènes et à la Sorbonne à Paris, la construction européenne était sur le point d’être relancée. Début octobre, pourtant, face à la crise hispano-catalane, quel classicisme et quel immobilisme !

L’Union européenne a bâti la notoriété de sa «marque» sur sa capacité à promouvoir dans l’espace mondial la résolution des différends par l’innovation juridique et le dialogue politique. A telle enseigne que le prix Nobel de la paix lui a été remis en 2012. Qu’est-ce qui peut donc bien justifier que les 27 partenaires de l’Espagne au sein de l’UE déclarent dans un bel ensemble qu’ils n’ont pas à se mêler de la crise catalane ?…  Seguir leyendo »

L’année du soixantième anniversaire du traité de Rome de 1957 instituant la communauté européenne sera cruciale : c’est clair maintenant, deux projets européens se font face. Celui des Lumières et celui d’Orban. Depuis six décennies (sept avec la CECA), la construction européenne décline, dans la réalité géographique du monde tel qu’il est, l’utopie kantienne de la paix perpétuelle entre républiques dont le philosophe des Lumières avait énoncé les conditions de possibilités et les principes de réalisation.

Le contre-projet européen est celui de Viktor Orban. Le dirigeant hongrois, tel un Dark Vador de l’Union européenne, construit avec un sombre éclat son personnage de leader du côté obscur de la force européenne.…  Seguir leyendo »

Face au printemps des peuples arabes, les dirigeants européens sont à la peine. Leur incapacité à s'enthousiasmer pour ces batailles de la dignité et du courage aux portes de l'Union européenne (UE) crève les yeux. Invoquer, comme le président français depuis 2008, l'Union pour la Méditerranée (UPM), ajoute de la confusion à l'inaction. Unir des démocraties et des dictatures ne débouche sur aucun progrès. Et aujourd'hui, chaque pays arabe en révolution appelle une politique spécifique. La Tunisie est à ce moment le pays où la révolution démocratique est la première à s'accomplir. Pour l'Europe, comment soutenir la Tunisie ? Comment la conforter ?…  Seguir leyendo »