Thierry Vircoulon

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

The crisis that has engulfed Burundi since April 2015 is the result of infighting among a small number of insiders belonging to the ruling party, the CNDD-FDD. Having all fought in the bush together, some of them felt that the president, Pierre Nkurunziza, should make way for others to have a turn at the top job, and refused to accept his plan to rule for life.

Most senior members of the regime were and remain officers, having joined the new army at senior ranks after the civil war. The government presents a civilian veneer to the outside world, but it has always been military at heart.…  Seguir leyendo »

La crise politique de 2015 a eu d’importantes répercussions dans l’armée burundaise : une tentative de coup d’Etat a eu lieu en mai 2015. Mais le régime est parvenu à garder l’armée sous son contrôle en combinant la répression contre les militaires soupçonnés d’être opposés au troisième mandat du président Pierre Nkurunziza et le maintien du statut socio-économique privilégié des militaires. Les revenus tirés des missions de maintien de la paix à l’étranger jouent un rôle clé dans le maintien de ce statut privilégié. Début 2017, le gouvernement a su manœuvrer pour garder ses troupes dans la mission de l’Union africaine (UA) en Somalie (Amisom), malgré les réticences de l’Union européenne (UE) qui finance la quasi-totalité des indemnités des troupes et est accusée par le gouvernement burundais de le déstabiliser.…  Seguir leyendo »

Le 5 avril dernier, l’International Crisis Group sortait un rapport sur les tensions et dissensions qui s’observent au sein de la Force de Défense Nationale (FDN) depuis le début de la crise née de la volonté de Pierre Nkurunziza de se représenter pour un troisième mandat en avril 2015. Le rapport fait le contour des problèmes qui minent l’institution militaire. Thierry Vircoulon, un des auteurs du rapport, a répondu aux questions de Yaga.

Peut-on considérer le Cndd-Fdd aujourd’hui comme l’Uprona des années 70-80 qui avait la mainmise sur toutes les institutions de défense et de sécurité?

Oui, on a bien vu dès le début de cette crise qui vient de durer deux ans que la police et le Service national de renseignement ont joué un rôle majeur dans la répression des manifestants dès 2015.…  Seguir leyendo »

Burundi’s year-long crisis has not gone away. It started with President Pierre Nkurunziza’s determination to claim a third term, trampling over the constitutional arrangements that ended a decade-long civil war.

Press freedom is a major casualty of the new strife; but the turmoil has also transformed the way in which Burundians get information. For better or worse, social media has filled the vacuum left by the shutting down of the most popular radio stations and forcing out of many of the country’s professional journalists.

With 90% of the population relying on radio as their main source of information, traditional media has been in the eye of Burundi’s gathering storm since at least 2010.…  Seguir leyendo »

« Du haut d’une camionnette, micro à la main, sous très haute protection de l’armée et de la police », rapporte l’AFP, le président burundais a ordonné aux insurgés de cette commune du Sud du pays de déposer les armes dans les quinze jours : « Téléphonez à vos frères qui ont pris les armes, dites-leur que nous leur donnons quinze jours pour qu’ils y renoncent […] Quinze jours, pas plus. Dites-leur cela ». Hasard ou préméditation, la fin de cet ultimatum devrait coïncider avec la reprise prévue des discussions à Arusha, en Tanzanie, entre le gouvernement et l’opposition.

La crise politique, déclenchée en avril 2015 par l’annonce de la candidature du président Nkurunziza à un troisième mandat, n’en finit pas de s’approfondir depuis sa réélection en juillet 2015.…  Seguir leyendo »

Burundian security forces stand guard following the discovery of several bodies resulting from the country's renewed violence. Bjumubura, Burundi, October 4, 2015. October 4, 2015. (Yvan Rukundo/Anadolu Agency/Getty Images)

Burundi is back in the spotlight of the world’s media and the agenda of the United Nations Security Council. As recently as two years ago, the country was considered a success story in peacebuilding circles, but now the news is firmly of a negative variety. The UN is trying to prevent a new civil war in a region still haunted by the Rwandan genocide. How did success so quickly turn to failure?

Following the re-election of President Nkurunziza for a contentious third term in July this year, the Burundian crisis has itself entered a third phase. The first was the 2014 dispute around electoral preparations.…  Seguir leyendo »

En Centrafrique, la course aux élections qui prévoit des scrutins présidentiel et législatif avant la fin de l’année est aussi irréaliste que dangereuse. Alors que le plan initial de la transition a complètement déraillé, l’obstination des internationaux, et plus particulièrement de la France, à faire voter les Centrafricains à l’ombre des groupes armés, avec une administration territoriale squelettique et des haines inter-communautaires tenaces ressemble plus à une fuite en avant qu’à un processus de transition accompli. Depuis septembre, plusieurs voix s’élèvent pour dire tout haut ce que tout le monde à Bangui pense tout bas depuis des mois : le calendrier électoral est « surréaliste ».…  Seguir leyendo »

Le 20 août, Pierre Nkurunziza a été investi pour la troisième fois. Son investiture, annoncée le matin même, a eu lieu presque en catimini et les ambassadeurs européens et américains accrédités à Bujumbura étaient visiblement absents tout comme l’Union africaine. La multiplication des assassinats en août a conduit la présidence à organiser l’investiture à la sauvette.

La crise a débuté en avril avec la candidature du président burundais à un troisième mandat alors que l’accord d’Arusha signé en 2000 et qui a mis fin à la guerre civile n’en prévoit que deux. Comme au Burkina Faso, société civile et opposition ont manifesté d’avril à juin dans les rues de la capitale et la communauté internationale s’est mobilisée pour le faire renoncer à son projet.…  Seguir leyendo »

Since President Paul Biya came to power in 1982, Cameroon has been a sleepy regime with a soft and aging dictator, a nation all but forgotten in a remote corner of the African continent. This has dramatically changed with the spillover of Boko Haram from Nigeria into Cameroon in 2014 and its transformation into a regional threat. Now there is not a single day without reports of Boko Haram attacks in northern Cameroon. Even before it realized what it meant, the Cameroonian regime had become part of the fight against terrorism. After initially downplaying the problem, Cameroon’s leaders are now discovering the challenges and dangers of this new war.…  Seguir leyendo »

The Central African Republic is often called a forgotten country, but that isn’t quite right. It has had a long and substantial international presence and sizable foreign investment. It’s just that those efforts haven’t made much difference. As the country rapidly descends into greater violence, the difficult truth is that more — and much better — international and regional involvement is its only hope.

France has had an almost continuous military presence since the country gained independence in 1960, including the 400 soldiers deployed at the start of the current crisis. The European Union has a delegation in Bangui and has been the main donor for 10 years.…  Seguir leyendo »

Alors que le ministre des affaires étrangères français, Bernard Kouchner, entreprend une tournée africaine qui l’amènera au Rwanda et en République démocratique du Congo (RDC), la situation à la frontière de ces pays ne cesse d’être volatile. Longtemps à couteaux tirés, ces deux pays se sont rapprochés en 2009, à la suite des pressions de la communauté internationale. Ce rapprochement s’est traduit par l’arrestation d’un des principaux seigneurs de guerre de la région, Laurent Nkunda, ex-leader du mouvement rebelle tutsi, le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), l’intégration de ses troupes dans l’armée congolaise et la traque contre la milice des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), sinistres héritiers du génocide rwandais de 1994, installés depuis en RDC.…  Seguir leyendo »