Ulrike Guérot

Este archivo solo abarca los artículos del autor incorporados a este sitio a partir del 1 de diciembre de 2006. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

‘Europe today needs a second peaceful revolution after the one of 1989.’ The Berlin Wall comes down. Photograph: Herbert Knosowski/Reuters

In 1933, the year of the Nazi takeover, the French writer Julien Benda wrote his Discourse to the European Nation, urging Europeans to come together around their shared universalist values and against the rising monsters of nationalism. As Europe marched towards the murder of its soul and its people, many dared to dream the impossible.

Benda was not alone. The Ventotene manifesto, one of the founding texts of European federalism, was drafted in 1941. And it was against the background of a continent in ruins that Churchill spoke of a “United States of Europe” in 1946. The rebirth of Europe would have been unthinkable if the flame of European unity had not been kept alive throughout the continent’s darkest hour.…  Seguir leyendo »

Tandis que la France commémore le souvenir de la Grande Guerre en grande pompe, une initiative européenne virtuellement inconnue en France, le «European Balcony Project», célèbre le centenaire de la fin des hostilités en esquissant l’Europe de demain. Cette action, initiée par la politologue allemande Ulrike Guérot et l’écrivain autrichien Robert Menasse, appelle les Européen·ne·s à proclamer – symboliquement – la République européenne le 10 novembre à 16 h depuis une multitude de balcons et d’autres lieux publics dans toute l’Europe. De la Lituanie au Portugal, de la Grande-Bretagne à la Grèce, plus de 120 théâtres et institutions culturelles ainsi que de simples citoyen·ne·s participeront à l’événement qui culminera dans la lecture publique d’un manifeste spécialement écrit pour l’occasion.…  Seguir leyendo »

Les trois partis indépendantistes – le JuntsxCat de Carles Puigdemont, l’ERC d’Oriol Junqueras et le CUP anticapitaliste, tous trois plus ou moins à gauche et nationalistes – viennent de gagner les élections en Catalogne avec une majorité absolue des sièges au Parlement régional de Barcelone. Le gouvernement de Mariano Rajoy s’attendait à un autre résultat. Selon lui, les élections avaient pour objectif de débloquer la situation entre les indépendantistes catalans, un pouvoir à Madrid peu enthousiaste et une Union européenne incapable d’assumer la moindre modération. Depuis quelques mois, l’Europe est ainsi le témoin de scènes déconcertantes : Carles Puigdemont s’est réfugié à Bruxelles avec une partie de son gouvernement en réponse à la mise sous tutelle de la Catalogne après le référendum du 4 octobre, entraînant ainsi une situation tumultueuse et chaotique ; l’Etat espagnol a concédé, du bout des lèvres l’organisation de nouvelles élections dans le but d’apaiser les esprits.…  Seguir leyendo »

La crise de la représentation, tel est le grand problème de la démocratie actuelle. Les citoyens d’Europe sont court-circuités par le système politique. La démocratie européenne doit pour cette raison être fondamentalement repensée. Le traité de Maastricht a conçu l’Union européenne (UE) à la fois comme une union de citoyens et comme une union d’Etats. Mais l’UE n’est, de facto, qu’une union d’Etats. Et la citoyenneté européenne n’est pas une citoyenneté directe, immédiate : elle n’est qu’associée à la citoyenneté étatique de chacun.

Autrement dit, dans l’Union européenne actuelle, seuls comptent les Etats. Les gouvernements de ces Etats prennent leurs décisions au Conseil européen ; et le Parlement européen, qui de toute façon n’a aucun pouvoir législatif, ne peut pratiquement rien contre ces décisions du Conseil européen.…  Seguir leyendo »

La Unión Europea, y más en particular la Eurozona, no sabe lo que es. No es sólo una cuestión de nominalismo, sino sobre todo de significado del proyecto. Considerar aún esta Europa como una “federación de Estados-nación”, como lo expresó Jacques Delors años atrás, es claramente insuficiente como descripción y como desiderátum. Hoy tenemos que alejarnos de la idea de unos Estados Unidos de Europa, para pensar en la UE como una res publica, como una República, para volver a poner a los ciudadanos y a la sociedad civil en su centro, que han abandonado. Considerarla como República Europea significa poner la democracia como prioridad, especialmente en estos tiempos en que estamos vaciando la democracia nacional sin reemplazarla por una europea.…  Seguir leyendo »