Vincent Bisson

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Le 17 avril, Abdelaziz Bouteflika était réélu à un quatrième mandat avec 81,49% des voix. Un mois plus tard, qui se souvient encore de cette élection de complaisance? Cette reconduction savamment orchestrée n’aura finalement été qu’un non-événement, sans enjeu véritable, dès lors que les groupes d’intérêts au pouvoir – le clan du président, le DRS (Services de renseignement), les généraux de l’état-major et, de plus en plus, les milieux affairistes – s’étaient entendus pour la poursuite du statu quo et le maintien d’un président moribond, faute d’accord sur une personnalité de substitution.

Soyons clair: le véritable enjeu pour l’Algérie est, sinon post-mortem, du moins post-électoral.…  Seguir leyendo »

Les 4 et 5 juillet prochains, François Hollande effectuera une visite officielle en Tunisie, la première d’un président français depuis la chute de Ben Ali, le 14 janvier 2011. Derrière l’apparente unité que ne manqueront pas d’afficher les membres de la troïka au pouvoir – le président Moncef Marzouki (CPR, nationaliste), le premier ministre Ali Lârayedh (Ennahda, islamiste) et le président de l’Assemblée constituante, Mustapha Ben Jaafar (Ettakatol, social-démocrate) –, il visitera un pays en crise, plus divisé que jamais, et qui s’interroge sur son identité et son avenir collectif.

Cette crise est d’abord économique. Certes, la Tunisie a survécu à sa révolution et son appareil productif n’a pas connu les destructions observées chez le voisin libyen.…  Seguir leyendo »

La prise d’otages qui vient de prendre fin sur le site gazier de Tiguentourine, près d’In Amenas (Sahara algérien), et qui, selon le bilan officiel des autorités algériennes, s’est soldée par la mort de 37 ressortissants étrangers, un Algérien et 29 terroristes, était-elle prévisible, et son dénouement par la force évitable?

Tandis que les chancelleries occidentales, notamment celles qui n’ont guère d’expérience du terrorisme islamique, n’y ont vu qu’une nouvelle prise d’otages liée de près ou de loin à la crise malienne, donc négociable, appelant les Algériens à la retenue, ces derniers ne se sont pas trompés quant à la nature réelle de l’opération, déclenchant aussitôt un assaut aux conséquences forcément meurtrières.…  Seguir leyendo »