Wolfgang Streeck

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Cette année, la campagne électorale allemande est encore plus barbante que d’habitude. Mère Merkel règne en maître et, deux semaines avant son prochain couronnement, Schulz a déjà commencé à la supplier de l’adopter comme fils favori au sein d’une nouvelle grande coalition. L’une des manières dont il tente d’entrer dans ses bonnes grâces est de l’aider à dénoncer tous les discours insuffisamment courtois, quel que soit celui qui les prononce ou le sujet abordé, comme faisant le jeu de la peu reluisante AfD. L’AfD, c’est le nouveau parti de droite dont Merkel, par erreur, a favorisé la naissance lorsqu’elle a ouvert en grand les frontières de l’Allemagne en 2015 pour tenter de se défaire de son image de «Dame de glace» de l’Allemagne et de l’Europe.…  Seguir leyendo »

Le projet d’un Etat-providence européen a échoué depuis longtemps. L’Etat-providence existe encore en Europe, mais seulement au pluriel, à l’échelon national et en tant qu’acquis démocratique national. Son remplacement ou même son simple accompagnement par une « dimension sociale » conférée au marché unique, dont Jacques Delors s’était fait l’avocat dans les années 1990, est resté un vœu pieux.

L’idée selon laquelle Margaret Thatcher et les Britanniques en seraient seuls responsables est un mythe de la gauche. En réalité, la participation de l’Etat et des syndicats à la régulation politique du capitalisme relève de traditions qui étaient différentes d’un pays européen à l’autre, et le sont toujours.…  Seguir leyendo »

L’Europe doit abandonner l’euro

Si tout se passe bien, nous assistons au commencement de la fin de l’union monétaire européenne. « Si l’euro échoue, l’Europe échoue », disait Angela Merkel. Aujourd’hui, c’est exactement l’inverse. L’euro est en train de détruire l’Europe. Si l’euro échoue, il se pourrait quand même que l’Europe finisse par ne pas échouer. Ce n’est pas certain : les blessures qu’a causées l’union monétaire sont trop profondes.

Avec l’arrivée au pouvoir en Grèce du parti de gauche Syriza, en alliance avec un parti groupusculaire d’extrême droite, le projet monstrueux consistant à greffer une monnaie commune à des sociétés ayant des économies différentes semble devoir connaître la fin qu’il mérite.…  Seguir leyendo »