Yannick Haenel

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

J’habite en Italie depuis trois ans. J’y assiste à la ruine d’un pays, mais aussi à la mort de la politique. Berlusconi, à sa manière grotesque, incarnait cette mort ; mais depuis que l’Italie a réussi à se débarrasser plus ou moins de lui, d’autres noms propres – Bersani, Monti, Letta, aujourd’hui Renzi – se succèdent dans le vide, élargissant par leur échec cette mort de la politique dont Berlusconi n’était donc pas le dernier mot.

La spéculation financière, arrivée à son état de décomposition le plus rentable, remplace le monde, désormais caduc, des décisions. Les oligarchies, qu’on appelait naguère «mafias», règnent à la place de l’Etat, et c’est logique : l’argent se sert de l’Etat puisque l’Etat n’est là que pour servir l’argent.…  Seguir leyendo »